fbpx
Buzz
Partager sur

Jeux Olympiques : les sites abandonnés après les JO (PHOTOS/VIDEOS)

Jeux Olympiques : les sites abandonnés après les JO (PHOTOS/VIDEOS)
Partager
Partager sur Facebook

Tous les quatre ans, un pays « se met en quatre » pour accueillir les Jeux Olympiques. Mais que deviennent ces espaces un fois que les compétitions sont terminées ?

Tous les quatre ans (ou les deux ans pour les Jeux Olympiques d’hiver), la communauté internationale se regroupe pour assister à cet événement sportif. Cet année, la presse mondiale s’est regroupée au Brésil pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro. Nous découvrons les stades et toute l’organisation de cette édition 2016. Mais que vont devenir ces installations construites pour l’occasion ? Réponse avec les photos des stades des éditions précédentes.

Jeux Olympiques d’hiver de Sarajevo : médaille de verdure

Sarajevo

Officiellement connus comme les 14èmes Jeux olympiques d’hiver, ils ont eu lieu à Sarajevo en République socialiste de Bosnie-Herzégovine en Yougoslavie du 8 au 19 février 1984. C’est la première fois que les Jeux d’hiver se tiennent dans un pays communiste. Depuis, avec la guerre de Bosnie-Herzégovine qui a duré plus de trois ans, plusieurs installations dans le pays ont été laissées à l’abandon, celle des JO en fait parti. C’était il y a 32 ans.

Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 : médaille du bazar

Athènes

Athènes a accueilli la 28ème Olympiade de l’ère moderne. Les Jeux Olympiques se sont déroulés à Athènes (Grèce) et dans d’autres régions du pays comme l’Attique, Patras, Volos, Héraklion… et ce, du 13 au 29 août. C’était la deuxième fois que la capitale grecque accueillait l’événement, la première était en 1896 pour les premiers Jeux olympiques modernes de l’histoire. Aujourd’hui, avec la crise économique qui handicape fortement le pays depuis presque 10 ans, il n’y a pas assez de fonds pour entretenir, ni même déblayer ces espaces, un vrai bazar.

Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 : médaille de la poussière

Atlanta

26ème olympiade de l’ère moderne des Jeux Olympiques de l’Histoire, les derniers du siècle et du millénaire. C’est la quatrième fois que les Etats-Unis accueillent les JO d’été. Cette édition a été marquée par une explosion en plein milieu de la foule, une bombe était installée dans le parc du centenaire. Deux personnes sont mortes, et 112 personnes ont été blessées. Au total, les Etats-Unis ont remporté 101 médailles. Un stade a été démoli, bonjour la poussière.

Jeux olympiques d’hiver de Grenoble en 1968 : médaille de la rouille

Grenoble

Grenoble est la deuxième ville de France à accueillir les Jeux olympiques d’hiver après Chamonix en 1924. Les Jeux ont rassemblé 1 158 athlètes de 37 pays, un record à l’époque pour les Jeux d’hiver. L’équipe de France avait obtenu son meilleur total dans l’histoire des Jeux avec un total de neuf médailles, un résultat couronné par la performance individuelle de Jean-Claude Killy, qui a remporté trois médailles d’or dans les trois disciplines de ski alpin. De nos jours, l’installation est aussi à l’abandon. La ville n’étant pas réputée pour son charme architectural, l’usure et la vétusté de l’installation justifie la médaille de la rouille pour Grenoble.

Jeux olympiques de Berlin en 1936 : médaille de la moisissure

Berlin

C’était à la veille de la plus grande guerre de l’Histoire. Berlin accueillait la 11ème Olympiade. Trois ans avant, Adoplf Hitler était nommé Chancelier et prenait le pouvoir en installant l’idéologie nazie. Vingt avant cette édition, Berlin avait été désignée pour accueillir les JO de 1916, mais le contexte géopolitique mondial avec la Première guerre Mondiale à forcer l’organisation d’annuler l’édition de 1916. Après les JO, le monde entrait dans une guerre sans précédent. La fin de la guerre a été marquée d’une séparation du pays en deux blocs, puis la réunification en 1989, soit plus de soixante ans après ces JO, personne n’a vraiment eu le temps de s’occuper de l’entretien, médaille de moisissure.