fbpx
Buzz
Partager sur

France-Albanie: la FFF risque-t-elle une amende après l’incident ?

France-Albanie: la FFF risque-t-elle une amende après l'incident ?
Partager
Partager sur Facebook

Alors que le mauvais hymne avait retentit lors de France Albanie samedi, la Fédération Française de Football (FFF) risque une sanction.

Le faux pas avait fait grand bruit samedi dernier. Lors du match de l’Euro 2020 France-Albanie, l’hymne d’Andorre avait retentit par erreur. Les albanais avaient alors refusé de commencer le match. Ils voulaient d’abord pouvoir entendre résonner leur hymne. MCE TV vous donne tous les détails !

Cet écart avait frôlé l’incident diplomatique… Malgré les excuses de Didier Deschamps et d’Emmanuel Macron. Une méprise mal gérée puisque le speaker s’était ensuite excusé auprès des arméniens… Une deuxième boulette ! Une faute suivie par des sifflets et des injures dans le parcage albanais. On peut comprendre leur impatience.

Hier, France-Andorre s’est déroulé sans incident. Ouf ! Les Bleus ont donc pu s’imposer face à des andorrans valeureux (3-0). En ouverture du match, cette histoire d’hymne semblait être passée. Mais c’était sans compter sur la commission de discipline de l’UEFA…

Un « cas disciplinaire » ouvert au sujet du match France-Albanie !

Dans la confusion, le match France-Albanie a commencé 7 min en retard. Un retard passible de sanctions. On vous explique.

Un « cas disciplinaire » a donc été ouvert par la commission de discipline de l’UEFA. La FFF étant la cause de ce retard, elle aurait été avertie par l’UEFA de l’ouverture de cette démarche.

Désormais, la question porte sur la nature de la sanction. Plusieurs cas de figure peuvent être mis en place lors de ces retards. L’UEFA peut choisir d’émettre un avertissement à l’encontre de la FFF. Elle peut aussi la sanctionner d’une amende de 10 000 euros.

Souvent intransigeante et crainte par beaucoup, on espère que l’UEFA fera preuve de pédagogie. En effet, ce couac tient plus de la maladresse. Il ne devrait donc pas se reproduire. Il n’y avait aucune intention de nuire de la part de la France. On espère donc qu’elle optera pour un simple rappel à l’ordre. Affaire à suivre…

Néanmoins, c’est une erreur que l’on espère ne plus revoir.