fbpx
Buzz
Partager sur

Cristiano Ronaldo accusé de viol: l’ADN retrouvé est bien le sien !

Cristiano Ronaldo accusé de viol: l'ADN retrouvé est bien le sien !
Partager
Partager sur Facebook

Un nouveau rebondissement dans l'affaire Cristiano Ronaldo. L'ADN analysé est bien le sien et des messages étranges ont été révélés.

Cristiano Ronaldo semblait tiré d’affaire. Mais de nouvelles analyses ADN et des échanges de mails mettent de nouveau sa parole en doute. Son procès ne semble pas terminé. MCE vous explique tout !

En septembre 2018, une américaine du nom de Kathryn Mayorga a porté plainte contre Cristiano Ronaldo. Elle accuse le quintuple ballon d’or de l’avoir violé dans une chambre de l’hôtel Palms Place de Las Vegas en 2009. Le footballeur n’avait finalement pas été poursuivi. Les preuves étant jugées trop faibles. Il a d’ailleurs toujours nié les faits. Mais il pourrait être rattrapé par de nouveaux éléments.

C’est le Sun qui rapporte ces nouvelles preuves. Des emails entre Cristiano Ronaldo et son avocat ont fuités. Mais le Sun, qui a eu accès au dossier de la police remis au procureur a révélé un autre élément compromettant.

L’ADN de Cristiano Ronaldo bien présent dans le nouveau dossier !

Selon cette source, l’ADN prélevé au travers des preuves du dossier serait bien celui de Cristiano Ronaldo. Une preuve qui pourrait être suffisante pour rouvrir un nouveau procès. Ce serait une nouveauté dans cette affaire. En janvier 2010, la jeune femme avait signé un accord de confidentialité contre un chèque de 338 000 euros. Le mouvement Metoo l’avait fait sortir de son silence.

De son côté, le footballeur semble très touché par cette affaire. Il partage désormais sa vie avec Georgina Rodriguez, sa nouvelle compagne et ses trois enfants. Dans une interview récente, il confiait. « Je me souviens qu’un jour, je regardais les informations à la télé avec ma compagne dans notre salon, et où ils parlaient de ‘Cristiano Ronaldo, ceci et cela’. Dès que j’ai entendu mes enfants descendre les escaliers, j’ai changé de chaîne. Parce que j’étais dans l’embarras. Je ne voulais pas que mon fils voie et entende des critiques sur son père dans une affaire affreuse. »

Ce sera donc à la justice de trancher. L’affaire aura le droit a un regard nouveau.