fbpx
Buzz
Partager sur

Adil Rami licencié de l’Olympique de Marseille pour faute grave !

Adil Rami licencié de l’Olympique de Marseille pour faute grave !
Partager
Partager sur Facebook

Adil Rami se fait virer officiellement de l'Olympique de Marseillais. Le club phocéen prend la décision de le licencier pour faute grave.

Adil Rami enchaîne les déceptions. Après sa violente rupture avec Pamela Anderson, c’est son club de foot qui l’évince. L’Olympique de Marseille prend la décision de le virer officiellement pour faute grave. Alors que le joueur était déjà en procédure disciplinaire depuis juin dernier. Une fin brutale qui secoue une nouvelle fois le joueur de foot.

2019 ne sera pas une année heureuse pour Adil Rami. Le footballeur de 33 ans n’a plus de contrôle sur ce qu’il se passe dans sa vie. Un lynchage médiatique puis son club de football qui lui envoie une lettre de licenciement pour faute grave. C’est le média L’Équipe qui rapporte la triste nouvelle. Le champion du monde est dans une sombre période. « La décision est antérieure à ses problèmes personnels » tient tout de même à préciser le club de l’OM.

Adil Rami : 2019, une année d’échecs

Mais alors, qu’est ce que reproche l’Olympique de Marseille au joueur ? Son comportement et ses performances. Peu convainquant, l’ex de Pamela Anderson commençait à agacer la direction de l’OM. « Adil Rami, sur la saison écoulée, était plus un people qu’un joueur de football, expliquait alors un proche à Sport24Si l’OM termine cinquième au classement, c’est aussi parce qu’il n’a jamais été au niveau qui était le sien. » Cet incident survenait fin mai 2019, et scelle son son destin.

Pour rappel, le joueur de football avait manqué un entraînement pour participer à Fort Boyard le 20 mai 2019. Son coach ne lui avait pas accordé d’autorisation. Pourtant, Adil en a fait qu’à sa tête. Quatre jours plus tard se déroulait le match OM-Montpellier. L’ex de Pamela Anderson se déclare forfait et ne vient même pas soutenir ses coéquipiers. Ce qui passe mal.

« Adil Rami doit s’interroger, mais profondément, sur son statut, sur son métier de footballeur professionnel, sur ses droits et devoirs de joueur, de surcroît champion du monde, déclare  Jacques-Henri Eyraud (président du club) L’Equipe en juillet 2019. C’est notre rôle de dirigeant de rappeler à l’ordre des joueurs quand nous estimons qu’ils ne font pas tout ce qui est nécessaire pour faire passer le football avant toute autre considération. »