fbpx
Buzz
Partager sur

YouTube: pourquoi cette mode des « unpopular opinions » ?

YouTube pourquoi cette mode des « unpopular opinions » grande
Partager
Partager sur Facebook

Depuis quelques semaines, tous les plus grands youtubeurs s’adonnent à partager leurs opinions impopulaires ou unpopular opinions, découvrez pourquoi !

« My unpopular opinions ». Ou, très vulgairement traduisible par « mes opinions impopulaires » dans la langue de Molière. Vous n’avez pas pu passer à côté du tag qui fait les beaux jours de YouTube. Ainsi, on a appris qu’Enjoyphoenix ne porte guère dans son cœur le talk Touche pas à mon poste. Que Bilal Hassani déteste Android sur smartphones – ou plutôt ses aficionados geeks. Ou encore que Beauté en herbe n’est pas très féru des dents ultra-bright (oui oui).

Bref, pas un seul vidéaste, et ce qu’importe sa popularité, a refusé de jouer le jeu. Mais pourquoi décréter ce qui marche (ou non), ce qu’on aime (ou non) rencontre un si fulgurant succès sur la plateforme de vidéo ? Autopsie d’un phénomène social et sociétal.

Unpopular opinions, pour briser le politiquement correct

Avant toute chose, sans doute faudrait-il rappeler le concept et le format des unpopular opinions. Même s’il n’y a rien de bien foufou. Un vidéaste, face caméra, énumère tous ce que la doxa adore. Et que lui déteste. Ou l’inverse ! Cela peut concerner une série, une musique, une personnalité, une habitude, une tendance… Par exemple, les kebabs. Si l’auteure de ces lignes n’en est guère fan, elle reconnaît volontiers que le sandwich est très apprécié en France (et pas que). Il n’empêche : elle ne peut pas en toucher, pas même avec le bout d’un bâton. Hérésie ? Eh non, juste une unpopular opinion peuchère !

Mais pourquoi faire cela ? Pour mieux comprendre cette tendance populaire d’être impopulaire (cherchez l’erreur), nous avons fait appel à Eric Delcroix. Consultant dans le domaine de la communication et des médias sociaux. Pour lui, il s’agit tout d’abord d’une volonté de briser le « politiquement correct ». Il détaille son propos. « Longtemps, il a fallu que tout le monde soit dans la même file. Mais en partageant une ou deux opinions impopulaires, au hasard d’un tweet, les influenceurs se sont rendus compte qu’ils étaient suivis par beaucoup de gens qui comme eux recherchent une certaine vérité. Il est ici question de transparence. »

Une façon de dire stop à certains diktats et carcans en quelque sorte. Car après tout, nous ne sommes pas tous obligés d’aimer Stranger Things, les Tacos ou encore Jul.

Unpopular opinions, un format provocateur

Mais il faut bien l’avouer. Faire une vidéo où l’on avoue ses opinions impopulaires, c’est aussi s’assurer une certaine visibilité. Soit le format idéal pour relancer une chaîne en perte de vitesse. Asseoir de jolis chiffres. Ou participer au bon démarrage d’une jeune pousse dans l’univers impitoyable du YouTube game. Et pas seulement parce que le concept a le vent en poupe. Explications de notre expert. « C’est assez logique : si on dit qu’on n’apprécie pas un objet banal, ça n’a pas d’impact, on s’en fiche presque. En revanche, si on n’aime pas une série ou une musique hyper à la mode, ça demande réflexion. Ca se joue encore sur le politiquement correct. On dit quelque chose de totalement contraire à l’effet de mode.

C’est choquant pour les gens donc on entame le débat. Déjà dans les blogs, pour faire marcher un article, il fallait faire de la provocation… sur les réseaux et médias sociaux c’et la même idée. En partant à contre-courant, ça marche ! »

Illustration parfaite du propos avec un exemple déjà cité plus haut, Bilal Hassani et le système Android donc. Sans filtre, le youtubeur se demande « On dirait que vous êtes dans une crainte constante ! Vous savez au plus profond de vous que vos téléphones sont nuls ». Une pique à tous les adeptes d’Android, aujourd’hui bien plus nombreux que ceux d’IOS (le logiciel d’Apple). Eh oui Bilal, pour rappel, la firme à la pomme n’est que la troisième plus grande vendeuse de smartphones, Samsung était numéro 1. Mais sa réflexion permet, assurément, de créer le débat, notamment dans les commentaires. Il ne lui en fallait sans doute pas plus.

Unpopular opinions, entre voyeurisme et quête de communautés

Mais alors, pourquoi nous, en tant que spectateurs, plébiscitons ce format ? Ego de côté, il est toujours un peu rinçant de voir ses marottes détruites par nos vidéastes favoris. Il faut bien l’admettre ! Encore une fois, Eric Delcroix a la réponse. « Je pense que ça nous intéresse car nous avons tous nos ‘opinions impopulaires’ mais peu d’entre nous osent les exprimer. Donc on les regarde en espérant trouver quelque chose nous pensons, qui nous ressemble. Il y a aussi du voyeurisme, certes : fait-on la même chose ? Qu’est-ce qu’il n’aime pas contrairement à moi ? » Ou comment se retrouver soudés contre le peuple et ses opinions popularisées voire dictées. Au final, plutôt une jolie morale, ne trouvez-vous pas ?

Mélissa Chevreuil