fbpx
Buzz
Partager sur

YouTube: qui est James Charles, au cœur du scandale qui secoue la toile ?

Portrait du célèbre influenceur make-up américain James Charles, accusé de bien des excès et trahisons, peut-être même de harcèlement

Dans le « YouTube game », monde aussi dur que Dallas s’il en est, nombreuses sont les querelles. Et petites jouxtes entre amis. Rivalité et course au buzz obligent. Seulement voilà, parfois, certaines débâcles sont plus graves que d’autres. Au point de secouer la toile, nous faisant (presque) oublier la sortie du nouvel épisode de Game of Thrones. Ce fut le cas le week-end dernier où un certain James Charles, grand influenceur outre-Atlantique, s’est retrouvé au cœur du scandale.

Pour les amateurs de make-up et vidéos lifestyle venues tout droit du pays de l’oncle Sam, inutile de faire les présentations, tant le gamin de 19 bougies pèse. Pour les autres, sachez qu’il s’agit d’une star des réseaux sociaux beauté très puissant, comptant sur une communauté de fidèles passionnés (plus de 13 millions sur YouTube). Soyons honnêtes, James est davantage un bon suiveur qu’un lanceur de tendances. Surfant souvent sur les challenges et autres concepts à la mode (vidéos ASMR, tenues à prix réduit, etc).

On lui reproche aussi souvent de s’emparer des gimmicks viraux. Comme des expressions particulières, des gestuelles, des simagrées. Toutefois, ce n’est pas pour son manque de caractère propre ou d’idées neuves que le jeune homme a été attaqué… Hélas, les faits reprochés sont bien plus graves.

L’argent plutôt que l’amitié

Le 10 mai, la vidéaste Tati Westbrook publie une très longue vidéo intitulée « Bye, sister ». Son nom ne vous dit rien, si ce n’est un magasin cheap bien connu pour ses petits prix ? Eh bien sachez qu’il s’agit un peu de la Sananas américaine. Une vraie gourou de la beauté, aussi respectée que crainte par les youtubeurs. Elle s’est éprise de James Charles, et a été son mentor, contribuant pleinement à sa popularité. Mais sous le vernis de l’amitié forte se cachait une vérité bien plus troublante. Que la prêtresse du maquillage a décidé de révéler, dans ladite vidéo de 43 minutes. Elle explique, en long, large et travers, tous les abus de James Charles. Qui serait ingrat et opportuniste, et plus gênant voir très problématique.

Elle accuse aussi son ex-protégé, dans un premier temps, de trahison. Sacrifiant leur relation sur l’autel du fric. En effet, son ami pour le dernier festival Coachella (the place to be pour tout youtubeur) était…Sugar Bear Hair. Une marque de vitamines ultra-populaires aux Etats-Unis. Un coup bas pour la vidéaste, puisqu’il s’agit de la plus grande rivale de sa propre griffe de compléments, Halo Beauty ! A priori, James Charles aurait agit dans son dos, plutôt que lui avouer clairement ce juteux contrat qui la mettrait dans l’embarras. À noter que Tati Westbrook n’a pas juste été source de conseils et d’inspirations. Il lui arrivait parfois d’enfiler le costume de manager et de négocier les partenariats du jeune homme, lui faisant gagner des millions de billets verts.

Sans rien demander en retour, pas même un petit pourcentage. Niveau reconnaissance, y on repassera…

Shawn Mendes, choqué par James Charles

Mais outre l’aspect financier (bien que déjà costaud), Tati Westbrook lâche une vraie bombe. James Charles aurait un vrai problème avec sa libido. Et harcèlerait sexuellement des hommes hétéros. On le savait, le jeune homme, gay, se sent particulièrement à l’aise avec la sexualité. Et se veut généreux en blagues potaches et libidineuses (plus lourdes que drôles). Il l’avait prouvé en interrompant un live de l’idole des ados Shawn Mendes. Le chanteur répondait en direct aux questions de ses fans sur Instagram, tout en jonglant dans sa cuisine avec des fruits.

Ambiance bon enfant. Sauf que la star des réseaux sociaux, très attiré par la posptar, s’est invité sur le live pour lui écrire « Peux-tu jongler avec moi comme ça ? » Malaise assuré, d’autant que ce n’est pas la première fois que James fait du rentre-dedans à l’artiste. Ce dernier arrête aussitôt sec le live, embarrassé par ce qu’il a peut-être considéré comme une agression.

James Charles usait-il de sa célébrité pour harceler sexuellement des hommes ?

Ce qu’on ignorait, c’est que sa perversion ne s’arrêtait pas aux simples blagues. Selon lui, aucun homme ne serait à 100% hétéro, et chacun serait enclin à franchir le cap avec un autre homme – et plus souvent avec lui. Un jour, au resto avec Tati, James Charles flash sur un serveur. Et explique à son « amie », dans les détails salaces, ce qu’il aimerait lui faire. Tati Westbrook, pragmatique (et choquée par le langage de son poulain), lui explique que le serveur n’est pas de son bord… Ce à quoi James Charles aurait répondu, sérieux comme un pape, « ça n’a pas d’importance, je suis une célébrité ». Pour autant, James Charles a-t-il clairement franchi le pas, harcèlerait-il plusieurs de ses abonnés, hétéros de surcroît, usant de sa stature ?

MCE préfère user de la carte « présomption d’innocence ». Bien que sur Twitter, certaines langues pourraient déjà commencer à se délier…

Trois jours plus tard, cette « mise au point » a d’ores et déjà été vue par plus de 33 millions d’individus. Et ses effets se font déjà pleinement ressentir. Alors que Tati Westbrook ne cesse de gagner en abonnés, les spectateurs semblant se ranger de son côté… James Charles, lui, en perd à vitesse grand V. Et on peut parier sans trop se mouiller que cette bataille par vidéo interposée n’en est qu’à ses débuts. Estimons-nous donc plutôt heureux que nos youtubeurs français lavent (parfois) leur linge sale en privé… Même si, on le rappelle, Squeezie avait évoqué un certain nombre de stars des réseaux sociaux qui, comme James Charles, useraient de leur pouvoir pour profiter de leur fan. Mineurs, qui plus est. Une histoire aujourd’hui passée sous silence, mais qui gagnerait à être développée… Allez, on sort notre trench de Columbo et on revient vers vous très vite.

Mélissa Chevreuil