fbpx
Buzz
Partager sur

Vaimalama Chaves obligée de recadrer des élus aux mains baladeuses !

Vaimalama Chaves obligée de recadrer des élus aux mains baladeuses !

Vaimalama Chaves est une femme de caractère et n'hésite pas à le faire savoir. Même après son règne la belle brune fait des révélations !

Vaimalama Chaves était l’invitée de RFM ce samedi 14 décembre. Surtout pour parler de son année passée en tant que Miss France. Mais aussi pour faire quelques révélations !

Lors de son passage sur RFM, Vaimalama Chaves est revenue sur les propos de Marine Lorphelin. Car cette dernière racontait que certains maires étaient un peu gênants ! C’était en octobre dernier, Miss France 2013 s’était confié dans l’interview sans filtre sur Télé-Loisirs. Durant son passage elle avait expliqué le sexisme présent dans notre société. « J’y étais confrontée en tant que Miss France parce que Miss France est quelqu’un qui appartient aux Français. Et vraiment, il y a certaines personnes qui le ressentent comme ça. » déclare la jeune femme avant de rentrer davantage dans les détails.

Elle explique par exemple qu’elle a eu des mains aux fesses de la part « des maires de certains villages. »  « J’ai eu des gens qui m’ont sauté un peu dessus pour me faire un bisou. (…) Je me suis sentie agressée dans mon intimité. Comme un objet et pas comme une femme respectée », avait-elle confié.

Vaimalama Chaves balance tout à la fin de son règne !

Vaimalama Chaves n’est pas la seule à avoir parlé, avant elle Iris Mittenaere avait également parlé de ce sujet. « Il y a des Miss qui ont dit que parfois des maires n’étaient pas très élégants avec vous. Il y avait des mains baladeuses et que c’était assez sexiste. Qu’en pensez-vous ? », a alors demandé Bernard Montiel à celle que l’on appelle « Vaï ».

« C’est vrai que ça pouvait arriver mais comme j’étais une ‘vaï’. Du coup ils n’avaient pas la force de caractère nécessaire pour tenter quoi que ce soit« , a déclaré Vaimalama Chaves. Puis Montiel lui demander ce que signifiait « Vaï ». Ce à quoi la jeune femme a répondu :  « C’est une Polynésienne qui a un fort caractère. Moi je suis une Polynésienne avec le gant de velours de la métropole », a-t-elle réagi.