fbpx
Buzz
Partager sur

Ursula Corbero (La Casa de Papel) se confie sur son passé d’addict !

Ursula Corbero (La Casa de Papel) se confie sur son passé d'addict !
Partager sur Facebook

Ursula Corbero se confie sur le début de sa carrière. Au début elle était totalement ruinée à cause d'une addiction : la mode !

Il n’est pas simple de gérer son argent quand on devient une célébrité en très peu de temps. C’est ce qui est arrivé à Ursula Corbero, Tokyo dans La Casa de Papel. MCETV vous en dit plus sur son passé d’addict. 

L’actrice est mondialement connue. Elle peut désormais se vanter d’être célèbre et riche. Un succès qu’elle doit à ses choix de séries. Grâce à La Casa de Papel mais aussi Physique ou Chimie, l’actrice ne passe plus inaperçu.

Et pourtant, cela n’a pas été toujours le cas. Au début de sa carrière elle n’arrivait alors pas à gérer autant d’argent. Venant d’une famille pas forcément riche, Ursula Corbero perd pied. 

Interviewé en 2017 par Yo Dona, la comédienne avoue alors ces difficultés. « Au début, je me sentais un peu bizarre à l’idée d’être célèbre. Je ne comprenais pas très bien ce qui m’arrivait. C’était merveilleux d’avoir de l’argent, c’est certain. »

Merveilleux mais pas que. La comédienne explique son passé d’addict. « Mais j’ai tout perdu. C’est ce qui arrive quand tu es jeune et que tu n’es pas habitué. J’avais un trou dans mon porte feuille. Mon addiction, c’était la mode. Mais ça m’est passée. »

Ursula Corbero (La Casa de Papel) se confie sur son passé d'addict !

Ursula Corbero (La Casa de Papel) se confie sur son passé d’addict !

Ursula Corbero se confie sur ses débuts

Si Ursula Corbero n’a aucun regret sur cette période, elle a appris. Chaque moment de la vie vous enseigne ainsi quelque chose. Maintenant, l’actrice est beaucoup plus stable dans sa vie de tous les jours. 

« Ce sont des périodes différentes et maintenant, l’argent a une autre valeur à mes yeux. J’ai énormément changé. À l’époque, je me disais ‘Je sors avec mes amis de mon village et je les invite à dîner’. C’était incroyable. »

Venant d’un petit quartier, Ursula Corbero s’accordait alors plus de libertés. « Je vivais à la périphérie de Madrid et quand je prenais un taxi pour me rendre dans le centre, j’en avais pour 40 euros à l’aller et au retour. Mais je ne regrette pas ces moments. »

Désormais la jeune femme vit à Madrid mais ce n’a pas toujours été le cas. « Je viens d’un petit quartier où j’avais une vie tranquille avec mes amis de toujours, donc je n’avais pas vraiment l’habitude de Madrid qui est une ville très frénétique. »

Pour rester stable elle trouve une solution « faire du yoga« . La jeune femme avoue avoir toujours été nerveuse.  » Tout va tellement vite que j’en ai besoin. J’ai toujours été très nerveuse«