fbpx
Buzz
Partager sur

Taylor Swift donne 250.000 dollars pour soutenir Kesha après sa présumée agression sexuelle !

Taylor Swift donne 250.000 dollars pour soutenir Kesha après sa présumée agression sexuelle !

Afin de soutenir sa consoeur Kesha qui accuse son producteur de viol, Taylor Swift lui offre 250.000 dollars. MCE vous explique !

Kesha a perdu son procès contre son ex-producteur qu’elle accuse de l’avoir agressé sexuellement. Afin de soutenir sa consoeur, Taylor Swift lui fait un incroyable don de 250.000 dollars. MCE vous en dit plus !

Taylor Swift soutient financièrement Kesha !

Ce vendredi 19 février, la chanteuse Kesha s’est vu perdre son procès contre son ex-producteur Dr. Luke qu’elle accuse de l’avoir agressé sexuellement. De ce fait, la justice new-yorkaise a refusé d’annuler son contrat avec la maison de production Kemosabe Record qui appartient à Sony et qui a été fondée par Dr. Luke, et la jeune femme est donc contrainte à travailler avec eux.

Un hashtag #FreeKesha a pris de l’ampleur sur les réseaux sociaux, ce week-end du 20 février pour venir en soutient à la chanteuse. De nombreux artistes comme Ariana Grande, Lady Gaga ou encore Lorde ont également affiché leur soutien. Mais c’est la chanteuse Taylor Swift qui s’est démarquée puisqu’elle a décidé de faire un don de 250.000 dollars à Kesha pour lui venir en aide financièrement« En signe de soutien, Taylor Swift a fait don de 250.000 dollars à Kesha afin de lui venir en aide pour subvenir à tous ses besoins financiers durant cette période difficile » a tweeté la mère de la Kesha !

La justice n’a pas statué en sa faveur !

Selon Kesha, Dr. Luke l’aurait drogué au GHB (connue comme la drogue du viol). Mais le producteur, lui, affirme que ce sont des accusations diffamatoires et « qu’elles sont une tentative désespérée d’une artiste qui assiste, impuissante, au déclin de sa carrière. » comme le rapporte nos confrères du Point ! Le parquet de New York a donc refusé à la chanteuse l’annulation de son contrat avec le label de Dr. Luke estimant « aucune preuve de blessure irréparable ».

Photo DR @