fbpx
Buzz
Partager sur

Selena Gomez: sa hackeuse écope de 5 ans de mise à l’épreuve !

sa hackeuse écope de 5 ans de mise à l'épreuve grande

Plus tôt dans l'année 2018, une femme avait piraté les e-mails de Selena Gomez. Elle est passée devant la justice et elle s'en sort bien.

Plus tôt dans l’année 2018, la chanteuse Selena Gomez se faisait pirater. En effet, la hackeuse avait eu accès aux mails de la chanteuse. Elle connait désormais sa peine. Et elle s’en sort plutôt bien.

Susan Atrach: la hackeuse de Selena Gomez

Susan Atrach, une jeune femme de 21 ans, avait été accusée par 11 chef d’accusation. En effet, Susan Atrach avait piraté des comptes de messagerie appartenant à la chanteuse Selena Gomez. Elle avait également piraté l’un de ses associé entre juin 2015 et février 2016. Selon le site Variety. Des données personnelles de la chanteuse dont des ” fichiers médias ” avaient été volés par la hackeuse qui les avaient ensuite partagé avec des amis avant que les fichiers ne se retrouvent en ligne.

Selena Gomez avait également été victime d’une autre piratage en 2017. Des photos nues de son ex-petit ami, Justin Bieber se sont ainsi retrouvées publiées sur internet. Susan Atrach risquait alors très gros si elle se trouvait bien coupable. Elle encourait jusqu’à neuf ans de prison selon le bureau du procureur de district du comté de Los Angeles.

5 ans de mise à l’épreuve pour Susan Atrach

Susan Atrach vouait une véritable adoration pour Selena Gomez. Elle tenait sur Internet des pages dédiées à la chanteuse. On connait désormais le verdict, et au vue des accusations, elle s’en sort plutôt bien.

Aussi, Susan Atrach, la jeune hackeuse de 21 ans à finalement été reconnue coupable. Mais elle a échappé à la lourde sentence, en trouvant un accord avec le procureur. En effet, la jeune femme a plaidé la non contestation pour chaque accusation, selon le bureau du procureur. Les autres charges ont été abandonnées. En contrepartie, Susan Atrach a écopé de 5 ans de mise à l’épreuve. Elle doit également faire 160 heures de travaux d’intérêt général. La jeune femme doit également prouver qu’elle a un travail ou qu’elle poursuit des études.