fbpx
Buzz
Partager sur

Selena Gomez indignée: elle apporte son soutien aux migrants !

Partager
Partager sur Facebook

Selena Gomez témoigne. La jeune femme prend la défense des migrants dans le Time. Son documentaire déjà sur Netflix !

Ce n’est pas un secret, le sujet de l’immigration touche Selena Gomez de près. La jeune femme prend la parole dans The Time pour défendre les migrants ! MCE TV vous révèle tous les détails !

Issue d’une famille de migrants, Selena Gomez s’engage. Elle remercie alors sa grand-mère qui s’est un jour glissée à l’arrière d’un camion pour traverser la frontière entre le Mexique et les États-Unis. La star témoigne. « L’immigration illégale est un problème auquel je pense tous les jours et je n’oublie jamais à quel point je suis heureuse d’être née dans ce pays grâce à ma famille. »

Et quand elle pense aux critiques, Selena Gomez relativise “La pire critique que je puisse imaginer n’est rien, comparée à ce qu’affrontent les sans-papiers chaque jour” La star s’engage publiquement, mais pas que… Un projet audiovisuel est déjà sorti sur Netflix le 2 octobre.

Selena Gomez prend la défense des migrants

La star s’exprime dans The Time. Tout le monde le sait déjà, l’immigration est une question délicate, surtout depuis l’élection de Donald Trump. Selena Gomez l’annonce d’ailleurs dès les premiers mots « J’ai peur mon pays. » Elle poursuit. « l’immigration va bien au-delà de la politique et des gros titres. C’est un enjeu humanitaire qui affecte de vrais gens et démantèle de vraies vies ». « Je ne dis pas que je suis pas une experte. Je ne suis pas une femme politique » annonce donc la jolie brune pour prévenir d’éventuels haters.

Selena Gomez ne compte pas s’arrêter à de simples mots. Elle l’avait d’ailleurs annoncé: Un documentaire sur le sujet débarque sur Netflix. En effet, si on en croit son post Instagram, la jeune militante est ravie de partager ce projet avec sa famille et ses amis. « Des gens courageux ont partagé leurs histoires dans ce documentaire. Comme elle le dit elle-même elle veut réussir à capter « la honte, l’incertitude et la peur » des clandestins mais aussi« l’espoir, l’optimisme et le patriotisme » qui sont souvent laissés de côté.