Buzz
Partager sur

Romy: elle dévoile l’envers du décor de YouTube dans une vidéo !

Partager
Partager sur Facebook

Romy alias Romane, a décidé de révéler un autre côté de son métier d’influenceuse à ses abonnés. Elle n’a pas hésité à dire sa vérité !

Romy a vu sa popularité augmenter au fil des années. Elle compte désormais plus d’un million d’abonnés sur sa chaîne. Sa popularité continue de grimper !

Romy: Ses débuts sur la plateforme

Dans cette nouvelle vidéo, Romy dit tout à ses fans dans une Story Time. Elle explique qu’elle a débuté sa chaîne YouTube après une rupture douloureuse. Issue d’une famille modeste, la jeune femme a commencé sans un sou en poche. Romy n’a jamais renoncé malgré les critiques de ses camarades de classe et de certains influenceurs.

Mais depuis que sa notoriété a explosé, certaines youtubeuses qui l’avaient snobé auparavant, sont revenues vers elle. La jeune femme n’est pas dupe et elle a rapidement fait le tri !

Romy: Une rivalité constante

Ce n’est pas la première que Romy évoque ce genre de sujet. En 2018, la blogueuse Chloé B, l’a accusé de plagier son style, ce qui a déclenché une mini guéguerre entre les deux jeunes femmes.

« Je n’ai pas la haine parce que quelqu’un a acheté les mêmes baskets que moi, pas du tout. J’ai la haine parce qu’on parle d’une influenceuse qui a pompé mes outfits. Si ça avait été une abonnée ou une fille lambda, ça m’aurait posé aucun problème, je suis hyper contente de pouvoir inspirer des tenues et c’est pour ça que je faisais des hauls, des vidéos et des lookbooks ! C’est mon job de vous proposer des tenues pour que vous puissiez vous en inspirer, »a déclaré Choé B.

Romy avait répondu « Apparemment c’est la seule fille à porter des Fila et j’en passe. Elle cherche à faire son petit buzz avec ses montages à deux balles, elle est simplement ridicule ! »

D’autres youtubeurs ont dépeint le côté peu glorieux des réseaux sociaux à l’instar de Wesley RBT.

En conclusion, on peut juste dire que tout n’est pas rose dans le milieu des influenceurs !

C. H.