fbpx
Buzz
Partager sur

Pierre Ménès clashe le rappeur Sam’s et balance «marre de ces rappeurs qui font les footeux» !

Pierre Ménès clashe le rappeur Sam’s et balance «marre de ces rappeurs qui font les footeux» !

Le jeune rappeur Sam's est venu déranger Pierre Ménès à la terrasse d'un café et ils se sont un peu brouillés. La discussion continue et se transforme en clash sur les réseaux sociaux !

Après la sortie de la vidéo lyrics du titre « FFF » extrait de « Dieu Est Grand », Pierre Ménès et Sam’s se sont croisés et un peu brouillés sur les réseaux sociaux. Le chroniqueur du Canal Football Club sur Canal+ et Touche pas à mon sport sur D8 le met maintenant au défi de faire des jongles pour prouver que les rappeurs peuvent aussi avoir des talents de footballeur !

Pierre Ménès clashe le rappeur Sam’s et balance «marre de ces rappeurs qui font les footeux» !

Pierre Ménès et le rappeur Sam’s se sont croisés il y a quelques jours à la terrasse d’un café pour un débat un peu houleux. Le rappeur est d’abord revenu sur l’affaire avec Patrice Evra, vous vous rappeler peut être Pierre Ménès avait ensuite fait une vidéo dans laquelle il avait fait 10 jongles pour faire taire l’arrière latéral français. Puis le rappeur a commencé à le titiller sur ses talents de footballeur et tout s’est fini par un défi. Pierre Ménès excédé par le comportement du jeune rappeur a posté un message en direction de Sam’s sur son compte Twitter « « marre de ces rappeur qui font les footeux,soit disant @samsofficiel prétend faire autant de jongles que possible,marrant au début mais la. » » Voilà qui est dit !

Sam’s ne compte pas s’arrêter là et se laisser faire et prévoit de nombreuses surprises pour répondre à Pierre Ménès !

Vous ne connaissez peut être pas encore le rappeur Sam’s, séance de rattrapage sur ce jeune artiste talentueux !

Qui est Sam’s ?

« Dieu est grand » est le titre du premier album solo de Sam’s, qui, prononcé dans une autre langue peut sonner comme une provocation. Un effet à l’image de son rap… tout en subtilité.
Pendant tout le voyage de cet opus on immerge dans un monde dans lequel il joue avec les mots, les images et les concepts. Plus qu’un lyriciste, Sam’s appartient à la lignée des story-teller. La religion, la rue, le football, sont autant de thèmes que Sam’s passe en revue sous une plume maîtrisée et un flow intelligible : « J’suis postiché sur c’putain d’banc depuis 10h00 du mat’ / dans ce quartier je prends racine… ce sont les fleurs du mal » ou encore « J’me sens comme un mégot consumé/ et c’qui rentre dans ma poche c’est comme c’qui sort d’ma bouche… ça part en fumée ! » lâche-t-il dans le titre « Les 24 heures du banc ».

Il renoue ainsi avec l’essence du rap français. Surprenant pour un artiste de la nouvelle génération ? Non quand on sait que ce premier solo a été à deux : Sam’s et Moussa. Moussa est le moteur et Sam’s est la voile qui donne la direction. Moussa est français d’origine sénégalaise, vivant à Bordeaux. Acteur aujourd’hui mais également ex- footballeur de haut niveau dont Sam’s raconte le parcours dans le titre « FFF (Fuck le Foot Frère) ». C’est ainsi que fonctionne le binôme ; Moussa est la muse que Sam’s raconte de façon cinématographique. Il ne rappe pas, il déclame et joue ses textes à l’écriture très imagée comme il pourrait le faire au cinéma. À cela s’ajoute une ambiance de musique de film qui laisse la place à son flow intelligible. Car Sam’s a le souci d’être compris.