fbpx
Buzz
Partager sur

Omar Sy pousse un coup de gueule contre le racisme: « Je suis français, un point c’est tout » !

Omar Sy pousse un coup de gueule contre le racisme Je suis français, un point c’est tout !

Dans une interview accordée au magazine Elle, Omar Sy pousse un coup de gueule contre le racisme. MCE vous en dit plus !

En pleine promotion pour son prochain film Chocolat ou il tient le rôle principal, Omar Sy enchaine les interviews. Mais c’est dans un entretien accordé à nos confrères de Elle que l’acteur a poussé son coup de gueule, contre le racisme… MCE vous explique !

Omar Sy pousse un coup de gueule !

Omar Sy, banlieusard, musulman, homme de couleur, mais avant tout français. C’est ce que l’acteur a voulu évoquer au détour d’une interview accordée au magazine féminin Elle. En effet, en promotion pour le film Chocolat, dans lequel il joue le rôle du premier artiste noir à faire de la scène en France, en 1886, Omar Sy enchaîne les interviews, et il s’est confié sur l’étiquette qui lui colle à la peau: « Il faut arrêter de dire « Je suis français musulman » Ces adjectifs nous désunissent, nous, Français. On est en train d’avoir le même raisonnement que tous ceux qui nous menacent aujourd’hui. Arrêtons les catégories qui nous divisent » Explique-til au magazine Elle.

Avant d’ajouter: « Moi, j’ai grandi dans une France de la diversité. J’ai appris quelques mots de portugais, d’arabe, d’hébreu… Aujourd’hui, je suis quelqu’un d’ouvert parce que toutes ces cultures m’ont bercé. Cette France que j’ai connue m’a nourri et a fait de moi un homme (…) Je me souviens qu’on était heureux d’être ensemble et de profiter de nos différences plutôt que d’en souffrir. J’ai peur que mes enfants ne connaissent jamais cela » conclut-il finalement.

Son rôle dans Chocolat !

Lors d’un interview accordée à Thierry Demaizière pour Sept à Huit, il avait fait un parallèle entre le rôle qu’il a interprété dans le film de Roshdy Zem et sa vie de comédien: « On a tous les deux bousculé le champ de nos possibles. De naître esclave et ensuite devenir un clown à Paris c’est assez fou. Et moi d’arriver de ma petite banlieue jusqu’à Los Angeles, c’est pareil aussi », avait-il lâché avant de poursuivre : « On a le besoin de prouver toujours un peu plus ».

Photo DR @