fbpx
Buzz
Partager sur

Nabilla triste que Christian Louboutin interdise les télé-réalités à diffuser sa marque !

Nabilla triste que Christian Louboutin interdise les télé-réalités à diffuser sa marque !

Alors que Christian Louboutin ne veut plus voir sa marque dans les émissions de télé-réalité, Nabilla Benattia, fan des chaussures, est triste.

Alors que Christian Louboutin ne veut plus voir sa marque dans les émissions de télé-réalité, Nabilla Benattia, fan des chaussures, est triste.

Si on peut souvent remarquer des candidates de télé-réalité porter des semelles rouges dans les émissions, Christian Louboutin n’est plus d’accord. Nabilla Benattia réagit et montre sa déception. MCE vous dit tout.

Nabilla triste de la nouvelle

Alors que Christian Louboutin refuse désormais de voir sa marque dans les émissions de télé-réalité, Nabilla Benattia ne se montre pas heureuse de la nouvelle. En effet, le patron de la marque de luxe adresse une mise en demeure à la société de production des Marseillais (W9) pour ne plus voir ses chaussures apparaître à l’écran. Evidemment, la brune ressent une grosse déception !

En effet, Nabilla Benattia donne son avis sur le sujet et ne comprend pas la marque. Elle déclare : »Ce n’est pas très courtois ». Elle continue : « À mes débuts, il y a cinq ans, j’avais subi la même chose de la part de cette enseigne. Franchement, ce n’est pas très sympathique. Ce sont des jeunes qui ont envie de porter des choses de luxe. Je ne pense pas qu’ils abîment la marque. »

Elle pousse plus loin le discours

Mais la starlette ne s’arrête pas là. En effet, elle continue : « Au contraire, ils donnent envie aux jeunes qui les regardent d’acheter une paire de cette marque. » Pour elle, cela va plus loin. Elle juge : « C’est rabaissant. Ça me fait de la peine de voir Christian Louboutin attaquer ces candidats comme ça. Ce sont des êtres humains avant tout ».

Nabilla ne semble pas être la seule à se révolter. Magali Berdah aussi. Elle est fondatrice de la société Shauna Events, une agence de placements de produits. Celle-ci dit que cette volonté relève de la « discrimination ». La situation semble plus importante que cela selon elle. Elle déclare : « C’est très grave ce qu’il vient de se passer. À quel moment peut-on choisir le client qu’on veut? Personne n’a insulté les chaussures ou dénigré cette marque. Justement, les candidats la valorisent. Il n’y a pas de dénigrement » Qu’en pensez-vous?