fbpx
Buzz
Partager sur

Nabilla Benattia est-elle la nouvelle icône parisienne ?

Nabilla Benattia est-elle la nouvelle icône parisienne grande

Arborant un look plus pointu que jadis et soignant ses couvertures médiatiques, Nabilla Benattia s’émancipe de son image de simple vedette de télé-réalité

Pour beaucoup, elle n’était qu’une starlette de télé-réalité. Condamnée à une popularité grisante mais fugace, par définition. Et pourtant, elle résiste aux nouveaux candidats désireux de lui voler la vedette. C’est que Nabilla Benattia n’est pas exactement une célébrité comme les autres. Et a su, au gré des années, succès et ratés, peaufiné son image. Si bien qu’aujourd’hui, on se demande presque si ce n’était pas elle, le nouvel avatar de la Parisienne.

Nabilla Benattia, fille de la télé-réalité

On le sait ou plutôt, on le devine. Certains jureraient que l’auteure de ces lignes s’est sévèrement cognée la tête. Ou a abusé du Pastis. Des accusations erronées. C’est que pour nombre de haters, la jeune femme était, est et restera la (fausse ?) idiote du village, d’abord repérée dans l’Amour est Aveugle. Puis dans les saisons 4 et 5 des Anges de la télé-réalité. La brune perce rapidement avec son idylle avec le chanteur Sofiane dans un premier temps. Qui lui dédiera d’ailleurs une chanson, « Dingue de toi », hymne d’un amour puissant (enfin, pas vraiment).

Puis, la saison suivante, pour sa relation houleuse avec le beau Thomas Vergara – un couple qui dure toujours, comme quoi. Mais plus encore, c’est sa réflexion sur les produits capillaires qui marquera les esprits. « T’es une fille et t’as pas de shampoing ? Non mais allô quoi ? » Allez savoir pourquoi, la phrase sublimée par le montage fera des émules et propulse Nabilla au rang de star. Dès lors, « Nabillouch’ » comme l’appellent certains fans aurait pu se contenter de multiplier les programmes comme « Les Anges » ou « Les Princes de l’Amour » sans de grandes ambitions. Et remplir le frigo avec, de temps en temps, des showcase en boîte ou des posts Instagram peu discrètement sponso. Certes, Nabilla ne se prive pas de ces coquetteries. Mais ne s’en contente guère. Très vite, la fausse ingénue a voulu modifier son image, et la glamouriser à l’envi. Pas toujours facile, tant elle partait de loin.

Nabilla Benattia, bien plus qu’un simple « Allô, non mais allô ? »

Il y a bien sûr son apparence, lui prêtant des affinités avec Kim Kardashian. Enfin, une Kim Kardashian version discount comme le suggérait un amusant spot pour la série Orange is The Black. Compliqué il est de savoir ce que Nabilla a vraiment fait refaire. Mais en hexagone, la chirurgie et la médecine esthétique ne sont que peu appréciées. Reflétant souvent un côté « cheap » à leurs adeptes. Une mentalité « vieux jeu » qui aurait pu lui porter préjudice. Sans compter ses punchlines, pour beaucoup très travaillées. On le sait, jouer les potiches assure parfois un certain succès – Eve Angeli en fut la preuve, il fut un temps. Nabilla exagère-elle grossièrement le trait ? N’est-elle en réalité ni stupide, ni naïve ? Mais juste une femme d’affaires hors-paire ? Hautement probable.

Il n’empêche, si son comportement a parfois fait les beaux jours des programmes, il en lasse aussi certains. Sans compter sur ses déboires qui ont fait la une de la presse à scandale. Sans mauvais jeu de mots, nous ne remuerons pas le couteau dans la plaie. Tout à chacun connaît déjà tous les détails. Tout ça pour dire qu’avec toutes ces cases cochées, Nabilla aurait dû logiquement disparaître des orbites des médias. Mais non. Et c’est là que son « image parisienne » entre en jeu.

Nabilla Benattia et son look aux petits oignons (parigots)

Qu’on se le dise : Nabilla est plutôt du genre bien sapée. Si elle a pu paraître vulgaire et grossière avec des vêtements bien trop courts, la belle a eu tout le temps de se rattraper.

Un rapide coup d’œil sur son Instagram suffit à s’en rendre compte. Marques prisées (Acne Studios, Off white) ou de luxe à la française (Louis Vuitton). Mais aussi tous les éléments phares de la it-girl frenchie. Comme le classique béret, l’indémodable trench-coat ou encore le si sexy col roulé… On ne saurait dire si elle a juste d’excellents conseillers, mais désormais, la jeune femme s’illustre dans des tenues du meilleur goût !

Et le réseau d’images n’est pas sa seule vitrine. Défilé pour Jean Paul Gaultier, photoshoot pour Jalouse, en couverture de l’illustre Playboy… Nabilla navigue entre marques urbaines/branchées et maisons de haute-couture. L’an dernier, elle était même visage de la griffe Amélie Pichard, connue pour ses sacs à main ornés d’un saillant crocodile. Rouge à lèvres écarlate, brushing flawless, chaussure à la main comme un téléphone, elle y reprenait son célèbre « Allô ? » Jouant, encore et toujours, de son image. Mais avec finesse et élégance, cette fois-ci. Allô, non mais allô, la vingtenaire serait-elle sur le point de devenir la nouvelle muse parisienne des touristes et autres designers étrangers ? C’est bien parti pour, ne vous en déplaise…

Mélissa Chevreuil