fbpx
Buzz
Partager sur

Meghan Markle mènerait Harry par le bout du nez selon un biographe !

Meghan Markle mènerait Harry par le bout du nez selon un biographe !

La biographe du Prince Harry pense que Meghan Markle le mène par le bout du nez ! On vous donne plus de détails.

Le Prince Harry serait-il sous l’emprise de son épouse Meghan Markle ? MCE TV vous donne plus de détails.

Angela Levin est l’auteure d’une biographie officielle sur le duc et la duchesse de Sussex parue en 2018. Alors que le premier anniversaire du Megxit approche, la biographe a récemment publié une tribune sur le Prince Harry. 

Angela Levin ne mâche d’ailleurs pas ses mots. D’ailleurs elle ne cache pas non plus sa déception quant à certaines décisions du Prince Harry.

Elle n’hésite donc pas à pointer du doigt l’influence que pourrait avoir Meghan Markle sur son mari. Et il faut dire que pour Angela Levin celle-ci est négative !

Elle précise en effet, que le Prince Harry aurait adopté « docilement » les manières de Meghan Markle. Le Prince vivrait même dans l’ombre de sa femme.

Meghan Markle mènerait Harry par le bout du nez selon un biographe !

Le Prince Harry dans l’ombre de Meghan Markle

L’article s’intitule « Comment l’Amérique a changé le prince Harry » et revient sur le départ de Meghan Markle et du Prince de la famille royale. Dans son édito, Angela Levin est persuadée que le père d’Archie est devenu l’ombre de lui-même.

Elle affirme que le Prince était avant quelqu’un d’accessible et connecté aux gens de tout âge et de tout type. « Il semble avoir abandonné sa vie d’homme d’action pour devenir un bienfaiteur farfelu. » précise-t-elle.

L’auteure se dit aussi choquée de voir que le Prince Harry avait même changé d’accent pour « s’adapter » au langage de la côte ouest américaine. Elle affirme ainsi que « sa transition californienne est bien avancée ».

Angela Levin s’en prend enfin aux contrats signés par le Prince et Meghan Markle pour lancer leur carrière. On pense ainsi à celui qui les lie à Netflix et Spotify. 

Elle y voit ici une indécence insupportable. Surtout en cette période où  » des centaines de milliers de gens se voient basculer dans la précarité ». La journaliste regrette alors le Prince au bon cœur qui était auparavant très proches des associations de bienfaisance.