fbpx
Buzz
Partager sur

M Pokora veut que son fils devienne un grand sportif !

Passionné par le sport, le chanteur M Pokora confie l'un de ses rêves. Il aimerait que son fils Isaiah devienne un très grand sportif.

Invité de 50 minutes Inside, M Pokora se confie sur son rôle de père. Il espère que son enfant Isaiah fasse une carrière dans le sport ! MCE vous en dit plus.

Tel père, tel fils ? Non, M Pokora ne l’espère pas. En effet, le chanteur n’ambitionne pas la même carrière pour son enfant Isaiah.

À l’occasion de son trente-cinquième anniversaire, nos confrères de 50 minutes Inside reçoivent le chanteur. Ainsi, l’interview tourne autour de sa nouvelle vie.

D’après l’interprète de « Danse Avec Moi », être papa est « le plus beau rôle de sa vie ». « C’est vrai que ça m’a changé », explique le jeune homme à Nikos Aliagas, diffusé ce samedi 26 septembre.

Ainsi, il pousse les confidences. « Le matin, on ne se réveille plus pour la même chose. Quand je travaille, quand je rentre, je rentre pour retrouver ma famille pour retrouver mon enfant.« 

D’autant que le train de vie de l’artiste n’a rien d’anodin ! « Il s’avère que la mère de mon enfant (ndlr : Christina Milian) est américaine et vit à Los Angeles. »

Donc, « l’organisation de ma vie s’est faite entre les deux pays, ils me suivent quand je suis en tournée, quand je suis là et que j’ai des choses à faire ici [ndlr : en France] »

En tout cas, rien ne peut rendre plus fier M Pokora que son couple et sa famille. Ils font son bonheur au quotidien !

M Pokora veut que son fils devienne un grand sportif 640

M Pokora a de grands projets

D’ailleurs, M Pokora profite de cette interview pour faire une révélation étonnante. Il n’espère pas avoir un fils chanteur.

Alors, au gran dam de Nikos Aliagas qui lui propose de « le prendre dans The Voice Kids ». « Beh écoute… Quoi que, je préfère qu’il fasse du sport. »

« On va commencer par le sport, déjà, pour qu’il ait le bon mental, et après, on l’envoie dans la vie active et il choisira ce qu’il veut », conclut M Pokora. Rendez-vous dans une dizaine d’années !