Buzz
Partager sur

Loana: le démenti de Sylvie Ortega sur «l’affaire des 30 000 euros» !

Loana: le démenti de Sylvie Ortega sur «l’affaire des 30 000 euros» !

Sylvie Ortega revient sur l'affaire du cachet de Loana et livre son avis très critique sur l'émission des 20 ans de Loft Story.

MCE TV a publié ce jour un article intitulé « Loana redevable d’une dette de 30 000 euros selon Sylvie Ortega ! ». Nous avons fait une erreur en publiant cet article et nous avons décidé de l’effacer. Nous présentons nos excuses à Sylvie Ortega. Dans un souci de clarté et de déontologie, MCE TV a souhaité offrir un droit de réponse à la concernée sur cette affaire. L’ex-agente de Loana nous a ainsi accordé un entretien téléphonique pour démentir cette information. Elle en a également profité pour réagir à l’émission spéciale de C8 sur les 20 ans de Loft Story, diffusée le 8 avril dernier.

Quel est le contexte de cette histoire autour d’un cachet de 30 000 euros pour Loana ?

Sylvie Ortega : Tout d’abord, je tenais à rétablir la vérité ! Loana, elle ne me doit pas d’argent, en aucun cas. Tout comme personne ne lui doit 30 000 euros ! Pour participer à l’émission des 20 ans de Loft Story sur C8, elle voulait obtenir un cachet de 30 000 euros. Quand je travaillais pour Loana, j’avais été contactée pour qu’elle vienne dans ce programme. Nous avions bien sûr accepté. En tant qu’agente, mon but était de lui négocier un bon contrat. Nous étions ainsi en négociation et Loana espérait donc ce cachet pour participer à l’émission. Elle m’a dit : « Sylvie, essaye de m’avoir 30 000 euros ». C’était un montant très important ! Je lui ai dit : « Tu n’es pas Beyoncé non plus ! ». Mais elle voulait une grosse somme, car j’arrivais très bien à lui gérer des contrats et elle obtenait ce qu’elle souhaitait avec moi.

Comment se sont déroulées ces négociations ?

Sylvie Ortega : Au final, nous n’avons pas pu en parler avec les personnes concernées. Personne n’a refusé ou accepté sa demande de 30 000 euros. En effet, entre temps, Loana a déconné et a fini à l’hôpital. Elle a été internée deux fois d’affilée. Après ça, on ne pouvait plus rien demander ! Nous ne sommes donc pas revenus sur cette affaire des 20 ans du Loft. Il était hors de question que je relance cette négociation en sachant qu’elle était au plus mal.

De toute façon, c’était une évidence pour moi qu’elle n’allait pas faire cette émission. Elle n’avait pas envie de revoir les anciens du Loft, qui ne l’ont quasiment jamais appelé en 20 ans. Finalement, on ne saura jamais si sa demande de 30 000 euros aurait été acceptée ou refusée. Pour ma part, j’étais convaincue qu’il fallait baisser ce montant. Ça me paraissait énorme. Ce n’était que Loana après tout. Mais bon, pour les 20 ans du Loft, peut-être qu’on lui aurait accepté !

Quand tout ça a eu lieu ?

Sylvie Ortega : C’était quelques mois avant l’émission. J’étais son agente et je faisais tout pour la remettre au top. Je traitais les affaires pour elle. Alors, évidemment, les gens m’ont appelé pour les 20 ans du Loft. Ils voyaient bien que j’étais en train de la sublimer. C’était une période où elle avait besoin d’argent !

Qu’avez-vous pensé de l’émission de C8 au final ?

Sylvie Ortega : C’était une émission pathétique ! Plate et sans contenu. Il manquait pas mal de Lofteurs en plus. Bref, ça n’a servi à rien à part à constater qu’ils avaient pris un coup de vieux ! Tout ce qui a été dit, tout le monde le savait déjà. Il n’y a eu aucun secret ! Ce n’était pas un bel anniversaire pour Loft Story. Ils étaient tous assis avec l’air bête à se remémorer leur jeunesse. En plus, Benjamin Castaldi était très mal à l’aise parce que tout le monde s’est retourné contre Loana. Pour les 20 ans du Loft, ça la fout mal ! En plus, Castaldi a dit à plusieurs reprises « Secret Story » au lieu de « Loft Story »…

Il était totalement à côté de la plaque et pathétique ! Ses questions n’étaient pas spontanées aussi, il ne savait pas quoi dire. Il avait parlé d’alcool et de drogues dans le Loft il y a quelques mois et là, plus rien ! On aurait aimé en savoir plus pour les 20 ans du Loft. Bref, c’était une émission ratée et très gênante ! D’ailleurs, elle n’a pas marché. Il faut dire que les gens se fichaient de l’avis de Julie, Christophe et de leurs gosses. Puis, je pense que personne n’avait envie de se voir ! On aurait aimé des cadeaux, des bouquets de fleurs pour les uns et les autres, un feu d’artifice, etc.

Qu’avez-vous pensé des propos des Lofteurs sur Loana durant l’émission ?

Sylvie Ortega : À quelques mois de l’émission, plusieurs anciens Lofteurs m’ont critiqué publiquement sur mon Instagram. Ils disaient, tout en me dénigrant : « Loana, on t’aime, on va te sauver ! ». Ils me tenaient responsables de son malheur. Mais ils voulaient surtout se faire du buzz sur mon dos, car ils sont tous dans l’ombre. Et il faut croire qu’ils veulent y rester ! Au final, ils ont tous retourné leurs vestes en plein direct des 20 ans du Loft pour rejoindre mes propos. À savoir que Loana est ingérable, qu’elle ne veut voir personne et qu’elle se complait dans son malheur. Et aussi que c’est dur d’aider une personne qui ne veut pas se faire soigner ! On ne peut plus rien faire pour elle.

Bref, ils ont tous dit comme moi après m’avoir bien critiqué. Sauf Jean-Edouard, qui a été très correct avec elle. Il n’a pas été hypocrite et il n’a jamais changé sa façon de penser sur Loana. Et pourtant, il ne se sont pas revus ! Pendant l’émission, il a ouvert sa bouche et il a eu raison. Jean-Edouard, tout le monde le connaît à Paris car il travaille comme DJ dans un établissement réputé. Il n’a jamais été oublié. Kenza, elle, je ne le connais pas, mais elle a voulu me critiquer et maintenant elle s’est attaquée à Loana. Idem, Steevy Boulay a commencé à parler de moi sans me connaître. Moi, je ne les connais pas ces gens-là.

Afficher +