fbpx
Buzz
Partager sur

Laeticia Hallyday: à Saint-Barthélemy, elle n’a droit à « aucune faveur » !

Partager
Partager sur Facebook

Laeticia Hallyday n'a aucune faveur à Saint-Barthélemy. C'est ce qu'affirme le président de l'île, Bruno Magras au Figaro !

Laeticia Hallyday vit à Saint-Barth depuis des années maintenant. Selon le président de l’île, la jeune femme ne bénéficie d’aucune faveur. Même depuis la mort de Johnny ! On vous dit tout !

Laeticia Hallyday a élu domicile sur l’île de Saint-Barth. Elle est partie s’installer la-bas il y a quelques années maintenant. Avec son mari Johnny et ses deux filles. En effet, ils ont pris une maison sur cette petite ile paradisiaque et ne l’ont jamais quitté.

Johnny repose sur l’île. Laeticia Hallyday a donc décidé de rester y vivre. Auprès de son mari et loin des critiques qu’elle peut recevoir en France. Surtout suite à la guerre de l’héritage. Depuis la mort de Johnny, de nombreux facteurs viennent semer le trouble. Entre Laeticia et les deux grands enfants de Johnny, David et Laura.

Quand ce n’est pas la guerre de l’héritage qui fait rage. C’est une question d’exhumation. En effet, le cercueil de Johnny devait être exhumé pour que ce dernier puisse changer de caveau.

Laeticia Hallyday n’a aucune faveur a Saint-Barthélemy

Et Laura Smet a donc été choqué d’apprendre cette nouvelle dans les médias. Elle s’est donc opposé à cela. Une chose est sûre, il sera difficile de les réconcilier.

Laeticia Hallyday vit donc à Saint-Barth, loin de l’agitation.

Le président de l’île, Bruno Magras a tenu a parlé dans Le Figaro. Sur le traitement de faveur que pouvait recevoir la jeune femme. Il se confie. « Mon ami, c’était Johnny. Laeticia Hallyday aura donc droit à ce que lui permet le droit administratif. Ni plus ni moins.

Je ne lui fais alors aucune faveur. La preuve, quand l’avocat de Laura Smet m’a écrit, j’ai tout annulé. Ici sur l’île, Laeticia n’a donc aucun passe droit. »

Bruno Magras a alors ajouté : « Nous n’utilisons pas Johnny comme de la pub pour l’île. (…) On ne m’a donc jamais demandé de transformer le cimetière. J’ai jamais demandé de faire payer l’entrée au cimetière.«