Buzz
Partager sur

Katy Perry accusée d’être responsable de la mort d’une nonne !

Katy Perry accusée d’être responsable de la mort d’une nonne !
Partager
Partager sur Facebook

Récemment, la belle Katy Perry a été accusée d'être responsable de la mort d'une nonne. Des accusations qui font froids dans le dos !

C’est une nouvelle qui n’a pas manqué de refroidir ses fans. Katy Perry est accusée d’être responsable de la mort d’une nonne. En effet, il y a quelques jours, elle a acheté un ancien couvent, à Los Angeles, dont les propriétaires étaient l’Ordre du Cœur très Saint et Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie. Et si la chanteuse a largement insisté pour acheter ce lieu, les soeurs présentes espéraient tout de même qu’il revienne à Dana Hollister.

C’est finalement Katy Perry qui a acheté le couvent en 2015 pour la somme de 14,5 millions de dollars. Et en plus de cette discorde immobilière, un autre évènement a rapidement vu le jour. En mars 2018, l’une des nonnes est décédée au tribunal de Los Angeles. Catherine Rose Holzman était effectivement en affaire judiciaire contre l’artiste. Mais le plus troublant se sont ses derniers mots. Elle a effectivement prononcé : « Katy Perry, s’il te plaît, arrête«  juste avant de décéder.

Katy Perry n’est plus propriétaire du couvent

Une autre nonne a alors accusé la chanteuse d’être responsable de sa mort. Il s’agit de Soeur Rita Callanan, la meilleure amie de la défunte. Dans une interview accordée au New York Post, elle a balancé Katy Perry a « du sang sur les mains« . Et l’accusatrice connait maintenant de gros problèmes de santé. Elle aurait subi une opération à la colonne vertébrale.

Si elle doit se reposer dans une clinique spécialisée, elle ne compte pas laisser passer cette affaire. Soeur Rita Callanan avait effectivement expliqué : « J’ai l’intention de me battre. Mais combien de temps je pourrai le faire, ça, je ne sais pas ». Actuellement Katy Perry n’est plus propriétaire des lieux. Le couvent est de nouveau à la vente pour la somme de 25 millions de dollars. Pour l’heure, il n’a pas encore trouvé d’acquéreur. Il semblerait que cette histoire ait refroidi de nombreuses personne.