fbpx
Buzz
Partager sur

Justin Bieber est-il devenu le roi des ringards ?

Partager
Partager sur Facebook

L’ex-idole des jeunes ne semble être plus que l’ombre de lui-même. Mais faut-il enterrer Justin Bieber pour autant ?

Le 19 mars dernier, l’idole des jeunes Shawn Mendes a enflammé l’AccorHotels Arena. Mettant le public dans sa poche, comme il sait aussi si bien le faire. Un public en majorité composé de jeunes filles en fleur. Vers qui le micro de la célèbre émission Quotidien s’est penché, histoire de prendre la température. Si lesdites jeunes filles étaient encore bouillantes, elles ont toutefois montré une franche froideur suite à une certaine question. « Que pensez-vous de Justin Bieber ? » Une interrogation plutôt pertinente, puisqu’il fut encore quelques années, c’était lui, la coqueluche des midinettes. Mais pour celles interrogées, aucun doute possible. Le jeune homme est d’ores et déjà… démodé. Vraiment ?

Qui n’a pas succombé à la « Bieber Fever » ?

On ne va pas se mentir. Justin bieber ne jouit plus de la même aura depuis déjà bien longtemps. Exit, son statut de beau gosse qui fait hurler à l’envi les ados. Prodige découvert par Usher il y a presque une décennie, mister Bieber aura su marquer son temps. À lui, la fièvre des jouvencelles grâce à ses titres romantiques et dansants. Sans oublier sa cohorte de sosies, mèche rebelle plaqué sur le front. Qu’on le veuille ou non, le chanteur a auss su marquer les esprits. Oui, son catalogue n’avait rien de révolutionnaire. On est loin de l’héritier de Michael Jackson. Mais avouons-le, comme ses tubes étaient efficaces, pour ne pas dire imparables ! Que celui qui n’a jamais fredonné « Baby » sans même s’en rendre compte nous jette la première bombe de laque !

La fin de cette ère, que nous nommerons la « Bieber Fever », est arrivée de la manière la plus naturelle qui soit. Une constellation d’autres artistes du même acabit prennent désormais la relève. On a aussi cité Shawn Mendes, mais on pense aussi à Harry Styles. Ou encore Cameron Dallas. Justin Bieber a aujourd’hui 25 ans, et d’autres prétentions. Enfin… Reste à définir lesquelles.

Justin Bieber fait davantage parler pour sa vie privée…

C’est que la musique ne semble plus être sa priorité. Récemment, on a beaucoup plus parlé de Justin Bieber pour ses frasques et aussi sa vie personnelle. Comme sa récente alliance avec… Dieu. De nombreuses rumeurs évoquent aussi une secte dont le chanteur serait un fervent acteur. Des termes un peu forts ? Sans doute. Reste qu’il s’est en effet montré très proche de la Hillsong Church. Une épiphanie qui laisse aussi un peu sans voix (ce qui est ballot pour un chanteur, vous en conviendriez).

Toujours au rayon vie privée, son mariage civil avec Hailey Baldwin fait jaser. Non pas que nous contestions qu’il s’agisse d’un mariage d’amour. Plutôt que Justin Bieber est connu pour être psychologiquement instable. Et aujourd’hui plus que jamais. En dépression depuis quelques mois, le jeune homme suit actuellement une thérapie. Un mal-être palpable, au regard de l’évolution physique de l’artiste. Qui n’a plus rien du bellâtre qui faisait frémir la gent féminine (et pas que). Vêtements informes et souillons, chevelure désordonnée… Son style cracra aurait aussi pu passer pour la tendance du moment, si on ignorait ses soucis de santé mental.

Mais un retour reste toujours possible

Vous nous direz, Justin Bieber peut au moins compter sur ses fans, les irréductibles de la première heure. Eh bien pas toujours, non. Le premier avril dernier, le jeune homme a trouvé de bon goût de faire un poisson d’avril. Faisant croire que sa compagne était enceinte. Une blague qui n’est pas passée auprès de sa communauté, plus particulièrement envers celles et aussi ceux qui ne peuvent pas avoir d’enfants de façon biologique… Oups. OK, cette bévue n’est ni la première ni la dernière du Canadien, mais ici, le timing est aussi critique.

Faut-il pour autant enterrer l’ex-phénomène canadien ? Bien sûr que non. Plus d’une fois, Justin Bieber a prouvé qu’il pouvait aussi renaître de ses cendres. Pour ce faire, il lui suffit de se faire quelque peu oublier des magazines people. Et surtout, d’un bon album. Voire même juste d’un bon titre, hit efficace aux sonorités chaloupées. Preuve en est, son duo avec DJ Snake, « Let me love you », a cartonné en 2016. Or, déjà à cette époque, nous nous étions aussi tous jurés de ne plus danser sur la voix du blondinet. Déjà jugé persona non grata, ringard à vie à l’époque. Preuve qu’il ne faut jamais dire jamais. Ou, comme dirait aussi Justin, « never say never » !

Mélissa Chevreuil