fbpx
Buzz
Partager sur

Un jeune collégien appelle Emmanuel Macron « Manu » et se fait recadrer par le président !

Un jeune collégien appelle Emmanuel Macron « Manu » et se fait recadrer par le président !
Partager
Partager sur Facebook

Emmanuel Macron n’a pas apprécié le surnom qu’on lui a donné. Un collégien l’a appelé « Manu » et se fait recalé par le président.

Le président Emmanuel Macron a assisté aux commémorations du 18 juin 1940 hier. Il a notamment dû faire face à un collégien qui lui a semblé un peu trop familier avec lui. Appelé « Manu », le président de la République n’a pas apprécié le surnom et n’a pas hésité à recarder le garçon.

Appelé « Manu » le président de la République recadre un collégien

Il semblerait que le président de la République ne soit pas un grand fan des surnoms. Ce lundi 18 juin, un collégien pourrait bien se souvenir longtemps de sa mésaventure. Emmanuel Macron a fait un passage au Mont Valérien dans les Hauts-de-Seine. Ce lundi, il venait célébrer les commémorations du 75e anniversaire de l’appel 18 juin 1940. Le Chef de l’Etat a dû aussi faire face à un jeune collégien qui se sentais un peu trop familier avec le président. Le jeune garçon a tout d’abord eu l’idée de chantonner les premiers mots de « L’Internationale ». Puis ce dernier a voulu interpellé Emmanuel Macron en lançant un « ça va Manu ? ». Une remarque qui n’a pas beaucoup plus au président de la République.

Le clash d’Emmanuel Macron contre le collégien

En effet, Emmanuel Macron a rapidement recadré le collégien: « Non, ça tu ne peux pas, non, non, non, non. Tu es là, dans une cérémonie officielle, tu te comportes comme il faut. Donc tu peux faire l’imbécile, mais aujourd’hui c’est la Marseillaise, le Chant des partisans. »

A-t-il commencé avant d’ajouter: « donc tu m’appelles ‘Monsieur le président de la République’ ou Monsieur’. D’accord ? Voilà. Et tu fais les choses dans le bon ordre. Le jour où tu veux faire la révolution, tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même, d’accord? Et à ce moment-là tu iras donner des leçons aux autres ». Et bim! Une remarque qui a dû marquer le jeune garçon! Il ne s’aventurera surement plus jamais à donner un surnom au président !