fbpx
Buzz
Partager sur

Jennifer Lopez est poursuivie en justice et risque 50 000 euros d’amende

Jennifer Lopez nage en plein bonheur avec son nouveau boyfriend. Malheureusement, une plainte pour rupture de contrat risquerait bien de tout gâcher...

Jennifer Lopez est victime d’une plainte pour rupture de contrat. Et dans cette malheureuse affaire, JLo pourrait perdre plus de 50 000 euros…

Jennifer Lopez : un bonheur de courte durée !

Depuis peu, Jennifer Lopez vit une toute nouvelle idylle avec le joueur de baseball, Alex Rodriguez. De plus, elle a enfin vendu sa luxueuse villa de Las Vegas. Tout semble donc aller pour le mieux pour la Diva ! Mais une ombre au tableau pourrait bien perturber ce bonheur…

En effet, selon les informations révélées par TMZ, Jennifer Lopez serait poursuivie en justice par un fabricant de hoverboards ! Il s’agit d’une évolution du skateboard, mais sans roue. Cet objet permet de planer quelques centimètres au-dessus du sol afin de se déplacer comme dans le film « Retour vers le futur ».

Jennifer Lopez n’aurait pas respecté son contrat !

Sidekick Group Corp a créé les planches volantes « Sidekick Wheels ». Et aujourd’hui, cette société accuse la chanteuse Jennifer Lopez de ne pas avoir respecté les clauses de leur contrat. En outre, ce contrat imposait la publication régulière de photos promotionnelles sur les réseaux sociaux de la star.

Cependant, JLo en a partagé une seule sur Instagram… Au lieu d’une par trimestre, comme initialement prévu dans le contrat. Et ce n’est pas tout ! Apparemment, elle aurait laissé la photo en question que quelques temps sur son compte, puis l’aurait supprimée.

Cette promotion sur les réseaux sociaux devait constituer la monnaie d’échange des 42 planches qui ont été fabriquées pour elle. En effet, ces modèles spécialement dédiés à la chanteuse ont été utilisés par ses danseurs. C’était lors de son spectacle « All I Have », qu’elle avait présenté au « Planet Hollywood » de Las Vegas.

Jennifer Lopez n’a donc pas honoré les clauses de son contrat avec l’entreprise plaignante… Et cette erreur risquerait de lui coûter très cher… 54 390 dollars, soit 50 933 euros pour être précis !