fbpx
Buzz
Partager sur

Iris Mittenaere pas à l’aise à Paris ? Elle raconte tout !

Partager sur Facebook

Iris Mittenaere avoue dans une interview exclusive pour le média Figaroscope qu'elle ne se sent pas "à l'aise" dans son quartier à Paris.

Iris Mittenaere a du mal à s’adapter à son nouveau quartier parisien. Présente dans la capitale pour le spectacle L’Oiseau Paradis mis en scène par Kamel Ouali, son adaptation est bien difficile. La représentation se joue au Paradis Latin dans le Vème arrondissement de la capitale.

Dans ce spectacle, on peut voir l’ancienne Miss Univers dans de magnifiques costumes. Actuellement, elle fait la tournée de promotion de L’Oiseau Paradis c’est pour cela qu’elle accorde une interview exceptionnelle au Figaroscope. Ce qui lui permet aussi de raconter son installation à Paris et d’en dire plus sur cette expérience. Sauf que ça ne se passe pas si bien que prévu.

Iris Mittenaere s’acclimate mal à Paris

Son appartement lui « donne des boutons » et elle ajoute qu’elle ne se sent pas du tout à l’aise dans Paris. « Mon appart ! Quand je suis arrivée à Paris en provenance de New York, il a fallu que je trouve rapidement un appartement. Trop dans la hâte puisque j’habite dans un quartier que je n’aime pas vraiment.« 

Elle serait donc  activement entrain de chercher un nouvel appartement. Cette fois-ci plutôt dans le VIème arrondissement de Paris. Déjà pour se rapprocher de son restaurant préféré, chez Guy Savoy : « J’aime la personnalité de ce chef qui, malgré son nom et son ingéniosité culinaire, doute en permanence de ses capacités. Un peu comme moi, il a besoin d’être rassuré et conforté dans ce qu’il crée. » Mais surtout pour se sentir mieux.

En tous cas, elle peut dormir comme un loir puisque le spectacle dans lequel elle joue reçoit de nombreux retours positifs ! La jeune femme continue donc de multiplier les projets. Iris Mittenaere avait fait sensation dans le Fashion Freak Show du créateur Jean-Paul Gaultier. Et aussi, nous la verrons très prochainement dans la saison Ninja Warrior.

Crédit photo : Paris Match