fbpx
Buzz
Partager sur

Emily Ratajkowski tacle sèchement Donald Trump sur Instagram !

Emily Ratajkowski vient de lettre en ligne une image qui s'en prend directement au président des Étas-Unis d'Amérique, Donald Trump.

Emily Ratajkowski n’a pas hésité à tacler le président des États-Unis sur les réseaux sociaux. La mannequin s’en prend méchamment à Donald Trump à travers une caricature ! MCE TV vous dit tout de A à Z !

Depuis le 25 mai dernier, Emily Ratajkowski n’a jamais caché son soutien envers la communauté noire. En effet, la jeune femme se sent très impliquée et lutte activement contre le racisme. 

Ainsi, à l’instar des autres célébrités, l’épouse de Sebastian a donc pris possession des réseaux sociaux dans le but de faire entendre sa voix. De fait, elle publiait même un portrait de George Floyd quelques jours après sa mort.

Ce dernier incarne une énième victime de couleur des agents des forces de l’ordre. Mais loin de s’arrêter en si bon chemin, Emily Ratajkowski compte bien exprimer sa vision des choses.

Pour elle, comme pour Taylor Swift, Donald Trump n’a pas sa place au gouvernement. Ainsi, la mannequin de 29 ans vient de mettre en ligne une image représentative du pouvoir.

Emily Ratajkowski tacle sèchement Donald Trump sur Instagram !

Emily Ratajkowski compare Donald Trump à un roi !

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le président en prend pour son grade. En effet, sur la photo publiée en Insta Story, ce dernier est représenté par un souverain. 

Couronne plantée sur la tête, sceptre à la main et manteau de fourrure. Voilà comment Emily Ratajkowski voit Donald Trump. Mais ce n’est pas tout !

Ce dernier semble bien installé dans sa tour d’ivoire tandis que le peuple réclame justice. « Ne pouvez-vous pas faire cela d’une manière plus polie que je puisse complètement l’ignorer ? » Indique alors l’image.

À travers ce post, Emily Ratajkowski tente donc de faire passer un message clair. Pour elle, comme pour Selena Gomez, une chose est sûre, c’est que Donald Trump ne doit pas être réélu lors des prochaines élections présidentielles.

Affaire à suivre donc…