fbpx
Buzz
Partager sur

Emily Ratajkowski ne cache pas sa colère face à son pays !

Emily Ratajkowski est en colère ! La mannequin n'accepte pas la mort de George Floyd, tué par la police... Et elle montre son énervement !

La colère d’Emily Ratajkowski ne tombe donc pas ! Très touchée par la mort de George Floyd, la mannequin se tient ainsi aux côtés des manifestants… Elle balance aussi une tribune sur Insta. Forte et émouvante.

Elle ne comprend ainsi pas l’inégalité constante entre manifestants et police « Quelqu’un qui détruit une voiture de flics vide : une cible violente, comparé à la police » ? La question semble donc posée…

Mais la réponse d’Emily Ratajkowski arrive vite. Elle semble ainsi dégoûtée par la violence policière. « La police qui bât des gens avec des bâtons, qui tire avec des balles en caoutchouc sur les manifestants… »

Mais la mannequin ne s’arrête pas là et s’offusque contre « les gazs lacrymo ». Elle tient pour autant à rester objective. « Je ne conteste pas la violence à laquelle les policiers font face chaque jour. »

« Nous sommes censés vivre dans un pays libre », s’énerve donc Emily Ratajkowski sur Insta. Très en colère, la mannequin tente donc de montrer une chose : les USA devraient être un pays des libertés.

Emily Ratajkowski ne cache pas sa colère face à son pays !
Emily Ratajkowski ne cache pas sa colère face à son pays !

Emily Ratajkowski : sa colère monte

Mais elle, ne voit plus les Etats-Unis comme ça… « Un pays libre, donc un pays qui accepte les manifestations. » Mais la réaction des policiers à Los Angeles semble tout montrer… Sauf ça.

« Les gens manifestent contre l’injustice. Mais aussi contre les pouvoirs en place comme la police. » Présente dans la manifestation réprimée par la force, Emily Ratajkowski s’affiche donc au combat.

« Car ils ont autorisé ces injustices. Mais les citoyens sont bloqués par une police à la force militaire. » Autrement dit, par la puissance des armes, donc… Ce qui continue aussi de faire monter sa colère.

Emily Ratajkowski conclue ainsi par une phrase lourde de sens. « L’émeute est le langage des gens jamais écoutés. Essayez donc de les écouter. » Un message à la police. Aux dirigeants, aussi… Des mots forts, portés par une personne publique.