fbpx
Buzz
Partager sur

Elizabeth II prête à quitter le trône ? Charles devrait hériter du pouvoir plus tôt que prévu !

Elizabeth II prête à quitter le trône ? Charles devrait hériter du pouvoir plus tôt que prévu !
Partager
Partager sur Facebook

Le temps passe et la reine Elizabeth II commence à vouloir déléguer. L'héritier au trône est bien connu : il s'agit de Charles.

Il y a quelques heures, on apprenait que la reine Elizabeth II refusait de l’aide. Et ce, pour planter un arbre. La dame et reine de l’Angleterre a encore toute sa tête et toutes ses forces. Pourtant, le temps d’abdiquer arrive à grands pas…

Symbole pour l’Angleterre et au-delà, la reine Elizabeth II fascine et persiste. Accrochée à son trône, elle porte fièrement la couronne royale du Royaume-Uni, âgée de 93 ans. Bientôt, ce sera donc son fils Charles qui prendra le flambeau. Mais peut-être pas pour le moment…

Elizabeth II : pas prête à abdiquer ?

Cela fait soixante-sept ans que la reine Elizabeth II reine sur le Royaume-Uni. Un pouvoir minime sur les décisions politiques du pays, mais un symbole incroyable. Respectée par tous les anglais, elle représente à elle seule tout le peuple de son pays. Pourtant, la dame vieillit et doit commencer à déléguer.

La popularité sans faille d’Elizabeth II ne suffira pas à la faire rester sur le trône. La dame a en effet déjà confié une partie de ses obligations à Kate et William. Pourtant, la plus grande partie de son pouvoir devrait allers vers Charles. Et ce, pas avant ses 95 ans.

Une nouvelle étonnante, surtout lorsque l’on sait qu’il n’est pas le plus apprécié de la famille par le grand public. C’est donc Phil Dampier, lors d’une interview accordée à Mirror, qui s’est confié. La reine Elizabeth II pourrait faire appel à la Regency Act de 1937. C’est en effet un projet de loi qui permet au monarque d’abandonner certains de ses pouvoirs.

Et ce, en cas d’extrême urgence, notamment en cas « d’empêchement du souverain par la maladie ». L’article 6, quant à lui, permet de léguer la couronne à son héritier. Il pourra donc exercer « certaines des fonctions royales au nom et pour le compte du souverain dans des événements ». Aujourd’hui, seul George III fait état de l’utilisation de cette loi…