Buzz
Partager sur

Diam’s: « On ne compte plus les suicides, les burn-out » dans le rap !

Diam's:
Partager
Partager sur Facebook

Diam's est en pleine révélations sur le milieu de la musique et pas des moindres ! Elle sort de son silence dans une interview de taille ! 

Les révélations de Diam’s sur le showbiz de la musique ! Il y a de quoi se sentir remué par ce qu’elle dit…

Il n’y a pas seulement Diam’s qui se livre au média. Quelques jours plus tôt Vitaa faisait de même sur le coming back de l’ancienne chanteuse de rap.

Diam’s: pas de strass, mais des révélations !

La chanteuse ne retournera probablement jamais sur scène. Elle avait annoncé son départ en 2012. 7 ans déjà qu’une des rappeuses les plus connues n’a décidément pas envie de retrouver la gloire. Car la gloire, elle l’a trouvé auprès de sa famille, de ses proches et de la religion.

Diam’s a décidé de se livrer dans le magazine Paulette. Elle raconte que la musique a été « une expérience de vie qui a fait celle que je suis à présent. J’ai compris tant de choses grâce à toi, et ça je ne le renierai jamais ». Tantôt cash, tantôt réservée, elle n’hésite pas à dire qu’« Au-delà de l’épuisement et du stress que subit le corps, il y a aussi le sentiment d’être comme fissurée de l’intérieur, d’être un puzzle divisé en une infinité de pièces qui cherchent désespérément à prendre forme. Comme si ton âme criait à l’aide et que, pour être soignée, elle réclamait autre chose que des antidépresseurs (…) On ne compte plus les suicides, les burn-out, les pétages de plombs et les diverses formes de déchéance chez les people ».

Ça explique beaucoup de choses sur Diam’s…

Les révélations de Diam’s peuvent aussi traduire sa nécessité de quitter le monde du showbiz trop violent, trop étrange… Elle continue en disant : « Ce succès est éphémère et ne peut suffire à combler notre besoin de quête de sens ». C’est en accordant un grand espace à la religion que Diam’s a pu trouver sa véritable quête de sens. « Chacun devrait disposer de temps pour se poser des questions existentielles (…) Si on prenait le temps de lever les yeux de notre téléphone, que l’on apprenait à le mettre de côté et à contempler ce qui nous entoure, on sentirait que quelque chose se passe ».

Crédit photo : People BFMTV