fbpx
Buzz
Partager sur

Cara Delevingne vole les visuels d’une marque pour vendre ses propres sweat-shirts !

Cara Delevingne vole les visuels d’une marque pour vendre ses propres sweat-shirts !

Cara Delevingne pourrait avoir des ennuies avec la justice ! Une marque l'accuse de s'être appropriée la devise qu'elle commercialise déjà sur ses t-shirts !

Cara Delevingne a récemment posté une photo sur son compte Instagram qui a fait le buzz ! Non pas parce que l’ex mannequin prend la pose en topless mais parce qu’elle est accusée d’avoir volé les visuels d’une marque pour le commercialiser !

Retour sur les faits

En début de semaine, la mannequin Cara Delevingne a publié sur son compte Instagram une photo d’elle et de Adwoa Aboah portant le même sweat-shirt sur lequel on peut lire « The Future Is Female » datant des années 70. Elle a par la suite posté en légende « Beaucoup d’entre-vous ont demandé où se procurer l’un de ces sweat-shirts. Donc j’ai décidé de les mettre en vente. Les recettes iront à Girl Up ! », une association qui incite les filles du monde entier à entrer dans l’action et à se soutenir les unes les autres. Même si le geste parait tout à fait honnête, ce n’est pas le cas. En effet, certains internautes ont rapidement accusé Cara Delevingne d’avoir plagié le slogan déjà commercialisé par la marque Otherwild sans accord préalable de ses créateurs. C’est en tout cas ce que la marque basée à Los Angeles, affirme à The Fader dans un communiqué.

The Future Is Female

« The Future Is Female » est, à l’origine, un slogan créé par Jane Lurie et Marizel Rios, les propriétaires de Labyris Books, la première librairie féministe de New York. Imaginé en 1972, ce slogan a été materialisé par l’artiste Liza Cowan dès 1974 avec des petits badges violets. Selon la marque Otherwild, les produits dérivés du slogan sont « protégés par une licence. Toute reproduction d’un produit existant et connu du public doit être altéré d’au moins 20 % par rapport au produit original« . Rachel Berks, sa fondatrice s’est dit « étonnée que Cara Delevingne se permette d’attaquer ainsi frontalement une petite entreprise féministe, où elle-même s’est procurée son sweat-shirt ». Elle a aussi tenu à préciser qu’en redirigeant vers Otherwild, Cara Delevingne « aurait ainsi pu soutenir une petite PME constituée uniquement de femmes, ainsi que le Planning familial américain » dont une partie des bénéfices est également reversée.

I took down my post yesterday about #thefutureisfemale controversy, because the negative commentary was overwhelming me, but I wanted to share my thoughts and this image which shows #Otherwild’s sweatshirt on the left, and @caradelevingne’s identical version on the right. The slogan « The Future Is Female » originates from Jane Lurie’s and Marizel Rios’ Labyris Books (1972), and Otherwild used @lizacowan’s image of Alix Dobkin in the shirt (1975) with permission, as originally seen on Kelly Rakowski’s @h_e_r_s_t_o_r_y. Otherwild’s redesign and reissue of the FIF tees and buttons is protected under copyright law, which mandates that any reproduction of an existing known public work must be altered at least 20% from the original. If model/actress Cara Delevingne wanted to sell my line, she would need to wholesale them from Otherwild, and because we donate 25% of our line’s proceeds to Planned Parenthood, Delevingne’s ethical practice would benefit not only our woman-owned small business but would also serve as a significant donation to PP. Delevingne could also choose not to wholesale from Otherwild and create her own design of the slogan on clothing to sell. But Delevingne’s choice to lift and manufacture Otherwild’s design, claiming it as her own to sell with an undisclosed charitable offering, is indefensible. Her actions ironically counter the very message of the slogan « The Future Is Female », and it’s confounding that she would do this to a small queer feminist-owned business after purchasing the product from us just a few weeks ago. Although under pressure, Delevingne has changed the line’s attribution several times in the past 24 hrs., she has not yet offered to wholesale from us nor cease and desist blatantly copying and selling our designs. Une photo publiée par OTHERWILD (@otherwild) le