fbpx
Buzz
Partager sur

Booba partage un très beau discours de Miriam Makeba sur Instagram !

En ces temps troublés par le racisme, Booba intervient. Le rappeur publie un superbe texte de Miriam Makeba sur Insta... Inspirant.

Qu’on aime ou non Booba, il faut admettre que le rappeur a le sens du verbe… Mais aussi du bon moment. Alors que les Etats-Unis s’embrasent après le meurtre de George Floyd, le Duc cite Miriam Makeba.

On connaît bien Miriam Makeba pour la chanson de Jain. On a ainsi tous en tête le « Makeba Ma che bella »… Mais cette dame était avant tout résistante en Afrique du Sud. Car elle a combattu l’Apartheid.

Comme George Floyd, les Noirs sud-africains souffraient d’une ségrégation jusqu’à la limite de l’humanité… Booba décide donc de rappeler les mots forts de cette chanteuse, morte en 2007.

« Vous ne pouvez pas espérer que les mêmes personnes qui nous ont envahis, écrivent la vérité sur nous. Ils écriront toujours des choses négatives sur nous. » Une référence à la réaction des blancs aux USA ?

Peut-être, car Booba ne cache jamais ses prises de position… Alors cette fois, sur Instagram, Miriam Makeba lui vient en aide. Réécrire l’histoire ? « Ils doivent le faire, car ils doivent justifier leur invasion. »

Booba partage un très beau discours de Miriam Makeba sur Instagram !
Booba partage un très beau discours de Miriam Makeba sur Instagram !

Booba : Miriam Makeba l’inspire

« Ils », c’étaient les blancs en Afrique du Sud… On peut ainsi croire que le rappeur parle de ces mêmes blancs, aux Etats-Unis. Car face à la mort terrible et filmée de George Floyd, seul un policier est en prison…

Pour homicide involontaire. Alors qu’ils étaient quatre. On peut donc penser que Booba répond à sa manière à cette polémique qui secoue pas mal de pays… Il rajoute une petite phrase en légende.

« Les vainqueurs l’écrivent ». Une citation bien connue d’après guerre. « Les vainqueurs écrivent l’histoire, les perdants la racontent. » Une manière de rappeler que toute histoire a deux versions… Et qu’on retient ainsi celle du vainqueur.

Après Rosa Parks dans son titre Double Poney, Booba invoque donc une autre héroïne antiraciste : Miriam Makeba… Une manière de défendre les Noirs opprimés. Une manière, aussi, de réclamer une vraie égalité entre les couleurs de peau.