Buzz
Partager sur

Benjamin Castaldi pourrait être de nouveau papa !

Partage
Partager sur Facebook

Peu de personnes s'y attendaient. Durant le prime La magie selon Guény sur C8, Benjamin Castaldi a dévoilé son envie d'avoir un autre enfant.

Benjamin Castaldi a déjà trois enfants. Ce sont Julien 22 ans, Simon 18 ans et Enzo 15 ans. Mais, il en voudrait un quatrième ! Il l’a annoncé ce vendredi 8 février pendant La magie selon Guény sur C8. On vous dit tout !

Benjamin Castaldi pourrait être de nouveau papa !

Il en veut un quatrième avec sa nouvelle femme, Aurore Aleman. Ce vendredi 8 février, Benjamin Castaldi était sur le plateau de La magie selon Guény. Les tours de magie s’enchaînent durant l’émission. Puis vient un tour avec des verres de plus en petits. L’animateur de TPMP les a donc comparés à ses enfants. « Vous savez que j’ai une nouvelle femme, Aurore et peut-être qu’un jour il y aura un tout petit«  a-t-il confié.

Tout le monde sur le plateau fut surpris et aussi heureux de l’apprendre. Le présentateur Maxime Guény s’est empressé de le questionner : « Est-ce qu’il est en préparation ? ». Benjamin Castaldi a vite confirmé par « Ecoutez, on y travaille ! »

Benjamin Castaldi a un jour donné un coup de couteau à Zinedine Zidane

C’est aussi dans La magie selon Guény, qu’il a dévoilé l’anecdote. En effet, elle date de plus de 10 ans avant la Coupe du Monde de 2002. Benjamin Castaldi confie : « Il y a une dizaine d’années je présentais la soirée ELA sur TF1 avec Jean-Pierre Foucault et on devait faire croire à Zidane qu’on allait faire un lancer de couteaux. »

Or, ce ne s’est passé comme prévu. « On avait bandé les yeux de Jean-Pierre et moi j’étais près de la cible. Il y avait Zidane qui avait les yeux bandés aussi. On faisait croire qu’on lançait les couteaux et moi je devais les planter dans la cible »  poursuit-il.  Puis le moment fatidique arrive. « Je suis tellement maladroit que j’en ai planté un, deux et le troisième je l’ai planté dans la cuisse (…) Il a eu cinq points de suture (…) Il s’est mis à saigner dans son pantalon » a fini Benjamin Castaldi.

Quelle maladresse…