Buzz
Partager sur

Ayem Nour avoue avoir fait de la télé réalité « par intérêt financier »

ayem-nour-avoue-avoir-fait-de-la-tele-realite-par-interet-financier-1000
Partager
Partager sur Facebook

Ayem Nour s'est confiée sur son parcours professionnel pour France Inter. La jeune maman révèle les raisons qui l'ont poussée à faire de la télé réalité !

Ayem Nour a accepté de se confier sur ses premiers pas à la télévision. La jolie brune a répondu sans tabou aux questions de Sonia Devillers dans « L’instant M » sur France Inter.

Ayem Nour revient sur ses débuts à la télévision

Sonia Devilliers a interviewé Ayem Nour sur France Inter. L’animatrice du Mad Mag s’est tout d’abord confiée sur les motivations qui l’ont amenée à participer à Secret Story :

« Pour être très honnête, quand j’ai commencé la télé réalité, je sortais d’un contexte et d’un schéma familial un petit peu compliqué, et d’un milieu très modeste. Il y avait cette espèce d’in­té­rêt financier et je ne m’en suis jamais cachée », a-t-elle déclaré.

De plus, elle raconte son parcours atypique :

« J’en rêvais, je rêvais de faire du journalisme. Je ne suis pas passée par le chemin normal de faire des études de jour­na­lisme pendant des années. Secret Story a été pour moi un tremplin. »

Ayem Nour a certes eu un parcours professionnel peu commun, elle a tout de même réussi à réaliser son rêve le plus cher :

« J’aimais ça, c’était une adrénaline, une passion. Je rêvais de devenir animatrice télé. Je regardais les animatrices à la télé, c’était un rêve », s’est-elle rappelée.

Un belle consécration pour cette fille issue d’un « milieu modeste » comme elle aime se décrire. Mais avant cette consécration, la jolie brune avait connu quelques difficultés…

L’adolescence chaotique d’Ayem Nour

Si Ayem Nour est parvenue à devenir une animatrice télé reconnue, ses débuts à l’école n’ont pas toujours été faciles… Mais la jeune femme ne semble pas regretter ses choix, comme elle le confiait pour PurePeople :

« Une ado rebelle, assez conflictuelle. Jamais en accord avec ce que voulait ma maman, et d’ailleurs aujourd’hui je le regrette parce que si je l’avais un peu plus écoutée, peut-être que j’aurai pu faire des meilleurs choix parfois. »

De plus, Ayem Nour a déclaré qu’elle n’était pas mauvaise au niveau des études et qu’elle aurait peut-être pu avoir un meilleur bagage :

« Si j’avais été moins rebelle en tant qu’ado, si j’avais plus écouté ma maman et mon papa, j’aurai peut-être pu poursuivre mes études que j’avais plutôt bien entamées. J’étais plutôt douée pour ça. Je n’ai pas poursuivi mes études parce que voilà, un peu de rébellion, des envies d’autre chose, parfois des fréquentations qui nous influencent à aller vers d’autres choses. »

Quoi qu’il en soit, elle a réussit à se faire une place au sein du PAF, et ça, c’est une belle consécration !