fbpx
Buzz
Partager sur

Aya Nakamura victime de sexisme et de racisme, elle raconte !

Aya Nakamura victime de sexisme et de racisme, elle raconte

Aya Nakamura retrace son parcours dans une interview qu'elle a accordé à Le Parisien. Elle a souvent été victime de sexisme et de racisme.

Aya Nakamura est actuellement en tournée ! Les guichets sont fermés depuis le 26 mars et elle s’est déjà produite au Printemps de Bourges le 21 avril. Les fans étaient comme des dingues, ils frôlaient l’hystérie.

Cette effervescence a aussi choqué la chanteuse elle-même ! Elle raconte : « C’était mon premier festival et j’appréhendais, je ne vais pas mentir. Mais dès la première chanson, j’avais l’impression que le public kiffait plus que moi (rires). Je viens de commencer la tournée, et les fans sont très réceptifs. » La plupart de ses fans sont des filles mais peut-importe la folie était au rendez-vous et Aya Nakamura en est fière !

Dans l’interview, Aya affirme qu’elle ne fait pas de rap. Comme certains peuvent le prétendre car pour eux elle est « une renoi qui vient des quartiers« . Cliché pour le moins déplacé. Elle précise aussi : « C’est un cliché chez les gens qui ne m’écoutent pas ». Aya Nakamura a souvent fait les frais de phrases sexistes et racistes…

Aya Nakamura se dévoile dans une interview

« Certains me demandent avec qui j’ai couché pour en arriver là. La musique, c’est mon métier, c’est toute ma vie, j’écris tous les jours. Je travaille beaucoup depuis cinq ans. Comme d’autres artistes masculins. Mais c’est plus difficile, car je suis une femme noire. Pour certains, si j’avais été plus claire de peau, j’aurais pu avoir du succès plus vite. (…) Rien que de mentionner ce détail, c’est hallucinant. Cela a été plus dur » s’attriste-t-elle aussi.

Plutôt direct dans ses propos, Aya Nakamura en a marre que des gens lui « collent l’image d’une fille qui vient du Mali ». Car elle vit en France. Elle continue en disant : « On m’a proposé dans des shootings de faire la ‘Queen africaine’. C’est quoi encore, ce cliché ? (…) Je ne veux pas véhiculer une fausse image, j’ai grandi dans la street. Cela passera peut-être avec le temps« , dit-elle aussi avec regret et sincérité.

Aya Nakamura doit aussi faire l’impasse sur une possible vie privée, elle raconte à Le Parisien : « Hier, je suis allée me faire une manucure dans un salon à Noisy, où je vais depuis un an tranquillement. Une cliente me demande une photo pour sa fille. Moi, j’étais en pantoufles, claquettes, pas maquillée, j’avais des boutons, j’étais pas là pour faire la belle, je refuse, et là, je deviens le sujet de conversation de tout le salon. D’un coup, tout le monde te pose des questions sur des rumeurs bidons, te conseille sur ta musique comme s’ils étaient des directeurs artistiques d’une maison de disques. (…) Je ne pourrai plus y aller, c’est dommage, car je l’aimais bien. »

Interview réalisé par le Parisien.