fbpx
Buzz
Partager sur

Aya Nakamura a de plus en plus de mal avec la célébrité !

Aya Nakamura: son tube

Récemment, Aya Nakamura a confié qu'elle avait de plus en plus de mal à vivre avec sa célébrité. Elle est régulièrement accaparée partout !

Depuis quelques temps déjà, Aya Nakamura fait un tabac avec ses nouveaux tubes. Grâce à Djadja, elle est devenue une célèbre chanteuse et son talent va au-delà de la France. En effet, grâce à son hit « Pookie », elle a eu la chance d’avoir un article dans le New York Times. Mais il semblerait qu’elle est de plus en plus de mal à vivre sa vie de star. La belle a d’ailleurs expliqué qu’à cause de ses fans, elle n’arrivait vraiment plus à gérer son quotidien.

En effet, dans une interview accordée au Parisien, la chanteuse a fait part d’une anecdote. Elle a expliqué : ‘Hier, je suis allée me faire une manucure dans un salon à Noisy où je vais depuis un an tranquillement. Une cliente vient me demander une photo pour sa fille. Moi, j’étais en pantoufles claquettes, pas maquillée. J’avais des boutons. J’étais pas là pour faire la belle. Je refuse« .

Aya Nakamura ne peut plus vive sa vie tranquillement

Aya Nakamura a aussi poursuivi « Et là je deviens le sujet de conversation principal de tout le salon. C’était un moment de détente. Et d’un coup tout le monde parle de toi, te pose des questions sur des rumeurs bidons, te conseille aussi sur ta musique comme s’ils étaient des directeurs artistiques d’une maison de disques. J’ai aussi envie de leur dire : ‘Laissez-moi tranquille, je ne vous donne pas de conseils sur votre salon.’ Je ne pourrai plus y aller. C’est dommage car je l’aimais bien ».

La chanteuse a aussi expliqué qu’elle pouvait de moins en moins sortir. De plus, elle ne souhaite pas partir à Miami car elle aime Paris « mais être reconnue dans la rue, c’est parfois oppressant » a expliqué la belle. Elle a raconté une autre histoire lors de ses courses. Aya Nakamura a confié « Une caissière me demande si c’est bien moi. Je lui dis oui doucement, gentiment. Immédiatement, elle appelle ses collègues et rameute tout le magasin. Des gens me demandent : ”mais vous faites la queue comme tout le monde, vous ?” Bah oui, il faut bien que je mange, que je fasse des courses… Ça me met mal à l’aise« .