fbpx
Buzz
Partager sur

Ariana Grande demande la réforme de la police de New-York !

Ariana Grande demande la réforme de la police de New-York !

Comme Justin Bieber, Rihanna ou encore Billie Eilish, Ariana Grande a signé une lettre où elle demande la réforme de la police de NYC !

Comme de nombreuses autres personnalités, Ariana Grande a demandé la réforme de la police de New-York. La jeune femme a signé une lettre ouverte concernant la loi 50-A. Cette dernière protège les dossiers disciplinaires de la police.

Depuis la mort de George Floyd, un américain noir tué par un policier, de nombreuses stars ont pris la parole. C’est notamment le cas d’Ariana Grande. Cette dernière semble très touchée par ce qu’il se passe en Amérique.

Ce lundi 8 juin, Ariana Grande a d’ailleurs signé une lettre ouverte dans laquelle, elle a demandé à l’Etat de New York d’abroger la loi 50-A. Cette dernière protège les dossiers disciplinaires de la police. Ainsi, impossible de connaitre leur faute.

Bien décidé à faire la lumière sur cette part d’ombre, la chanteuse et d’autres stars comme Rihanna ou encore Justin Bieber ont demandé la fin de cette loi.

Ariana Grande demande la réforme de la police de New-York !

Ariana Grande se mobilise pour mettre fin à la loi 50-A

Dans cette lettre ouverte signée par Ariana Grande, on peut aussi lire : « Nous devons tenir pour responsables ceux qui violent le serment de protéger et de servir. Et trouver justice pour ceux qui sont victimes de leur violence ».

La chanteuse comme d’autres artistes de la chanson ont aussi ajouté : « Une étape indispensable est d’avoir accès aux dossiers disciplinaires des responsables de l’application des lois. La loi 50-A de New York bloque cette transparence totale« .

Les auteurs ont aussi révélé : « Protégeant les antécédents d’inconduite de la police des regards du public. Et rendant plus difficile la recherche de justice et la réforme. Il faut l’abrogé tout de suite ».

Ils ont aussi confié : « Il ne suffit pas de réduire le 50-A, ce rocher sur le chemin de la justice (…) doit être écrasé. (…) 50-A a aussi été utilisé beaucoup trop souvent dans le passé. Et, sans abrogation, il continuera de bloquer la justice ».