fbpx
Buzz
Partager sur

Angèle: pourquoi la couverture « sexiste » de Paris Match ne passe pas ? [DOSSIER]

Angèle: pourquoi la couverture sexiste de Paris Match ne passe pas ?
Partager sur Facebook

Un véritable tollé, pour Angèle. En effet, sa couverture à Paris Match est loin de faire l'unanimité. Jugée sexiste, ça ne passe pas du tout.

La semaine dernière, Paris Match teasait Angèle en couverture. Pour cette dernière, ça ne passe pas du tout. Il faut même dire que cette Une dessert ce qu’elle revendique. MCE TV vous dit tout de A à Z.

« Il faudrait tout oublier ». Paris Match a faux sur toute la ligne. En effet, son numéro avec Angèle en couverture n’a pas fait l’unanimité.

Pire, la chanteuse ne le valide pas du tout. Cette Une est d’ailleurs très problématique, car elle s’attaque autant à l’artiste qu’aux femmes en général.

Engagée, l’artiste belge aux 730 000 albums vendus n’a donc pas manqué de tacler l’hebdo sur les réseaux sociaux. Après tout, cette couverture ne lui rend pas du tout honneur.

En effet, le magazine la décrit alors comme une femme « subversive mais pas agressive ». Autre chose : Angèle n’a jamais validé la photo utilisée

De quoi justifier son coup de gueule sur les réseaux sociaux. Mauvais choix de photo, titre outrancier, message véhiculé… Voici pourquoi cette Une ne passe pas du tout.

Angèle: pourquoi la couverture sexiste de Paris Match ne passe pas ?

Angèle: pourquoi la couverture sexiste de Paris Match ne passe pas ?

Angèle: Paris Match la décrédibilise avec sa Une

Entre Angèle et Paris Match, les nerfs sont tendus. En effet, la couverture proposée par le magazine n’est pas du tout au goût de l’artiste. « Génération Angèle. Subversive mais pas agressive ». Voici l’attirail qu’utilise le tabloïd pour décrire « la nouvelle idole des jeunes ». Un titre plus qu’outrancier. Épinglée en story Insta, la Belge a donc passé au crible tout ce qui n’allait pas dans cette Une. On peut le dire, elle n’a pas pris de pincettes, et ça se comprend. Tout d’abord, Angèle s’attaque au choix de photo, qui selon elle n’a jamais été validé par ses soins. Outre le fait qu’elle n’aime ni la coupe ni le costume, elle reflette une tout autre réalité de ce qu’elle est. En effet, Paris Match prône ici un « féminisme » sans exhibition.

D’après le mag, Angèle « Dénonce sans crier ; s’affirme féministe sans s’exhiber [et] parle rap sur un ton de princesse Disney ». « Au-delà du fait qu’ils vendent cette photo en couverture sans mon consentement, en considérant que je n’ai pas mon mot à dire, ils rallient mon image, mon nom et toute une ‘génération’ carrément, dans la case de: jeune fille (en rose) qui ose donner son avis (donc “subversive”… il en faut un peu hein), mais sans être ‘agressive’”, a-t-elle dit. Ce n’est donc pas un portrait très flatteur, pour une femme aussi engagée qu’Angèle. Enfin, l’artiste ne s’arrête pas là et critique aussi le contenu de l’article.  Pour la chanteuse, « plus décrédibilisant et sexiste, tu meurs ».

Paris Match s’attaque-t-il au(x) féminisme(s) ?

Paris Match fait preuve d’une certaine maladresse. L’hebdo fait passer un message empreint de sexisme. Chose contre laquelle Angèle milite avec force et banderoles. Son clip « Balance ton Quoi » bouscule toutes les injonctions faites aux femmes. Avec sa Une jugée sexiste, l’hebdo s’enlise alors dans le sexisme ordinaire, ce qui n’est, vous vous en douterez, pas au goût d’Angèle. Il cherche à enfermer la chanteuse dans un carcan de féministe « modèle ». Celle qui ne crie pas, qui ne fait pas de vagues, qui ne cède pas à la colère. Un peu l’image inverse de toutes ces femmes qui se sont indignées face à la nomination de Polanski aux Césars. Ou de toutes celles qui se battent au quotidien pour faire valoir leurs droits. On comprend qu’Angèle se sente insultée, elle qui défend avec ferveur la lutte des femmes.

Outre le fait d’insinuer qu’une femme se doit de ne pas être « agressive », il prône aussi un « féminisme » édulcoré. « Oulala, heureusement que je fais pas partie de ces VILAINES féministes VIOLENTES et HYSTERIQUES. Parce que ok on l’ouvre, mais en restant jolies et polies SVP, hein », ironise donc l’artiste en story Insta. D’autant que cette couverture sort juste après la marche des femmes, qui s’est terminée par des heurts policiers plutôt violents. Ce qui est certain, c’est qu’Angèle est loin de représenter ce féminisme de « princesse Disney » que décrit Paris Match. Au contraire. La chanteuse belge s’est toujours impliquée dans le féminisme. Et ça ne s’arrêtera pas là.

 

 

Angèle: une icône loin d’être la féministe « soft » de Paris Match

Angèle n’a finalement rien de ce féminisme « soft » dressé par cette Une. En effet, que ce soit à travers ses textes ou ses clips, ainsi que les thèmes qu’ils abordent, l’artiste a tout d’une féministe « en colère ». Et c’est tout à son honneur. Si elle est « l’idole des jeunes » et de toute une « génération » comme le décrit si bien Paris Match, elle l’est aussi pour tou.te.s les féministes. Les lignes de « Balance Ton Quoi » sont même scandées lors de manifs. Angèle tord donc une fois de plus le cou au cliché de la bonne et de la mauvaise féministe. Elle dit non à ce clivage qu’elle décrit très bien : « Pour une fille belle t’es pas si bête / Pour une fille drôle t’es pas si laide ». 

Angèle est de toute évidence une femme qui ose et qui propose des textes engagés. Dans « Ta Reine », elle évoque par exemple l’homosexualité féminine, finalement tabou et très peu abordée dans la pop culture. D’ailleurs, l’artiste a été très heureuse de voir que ce titre touchait tant. « J’ai été la première étonnée de recevoir autant de messages de remerciement, et de voir des salles entières la chanter », a -t-elle dit à Télérama. « C’est un moment très fort du concert, que les gens attendent. Ils s’embrassent et brandissent des drapeaux LGBT, y compris les hétéros ! ». Une bonne nouvelle en soi, même si le patriarcat a encore de beaux jours. On ne doute pas qu’une artiste aussi engagée qu’Angèle parviendra à bousculer les mentalités étriquées.