fbpx
Buzz
Partager sur

Agathe Auproux partage des passages du livre «La Haine en ligne» !

Dans sa Story Instagram, Agathe Auproux a décidé de partager un long passage de son livre du moment. "La haine en ligne", de David Doucet.

Agathe Auproux n’a pas caché son émotion et son indignation. En apprenant la triste nouvelle qui a choqué la France toute entière. Et elle n’est pas seule.

Sur les réseaux sociaux, la jolie brune a donc décidé d’organiser un Q&A. Avec ses fans afin de savoir ce qu’ils pensaient du couvre-feu à Paris. « Comment avez-vous vécu le couvre-feu ce week-end, pour les concernés ? », a-t-elle donc demandé.

Une question qui a donc beaucoup fait réagir la communauté d’Agathe Auproux. Elle a donc décidé de partager quelques réponses. A sa communauté.

La jeune femme de 28 ans a donc partagé plusieurs réponses dans sa story Instagram. Et elle a également répondu aux réponses de ses fans : « Même si je n’ai pas d’enfants en bas âge. Ma vie sociale le soir était assez peu mouvementée. Et ma vie nocturne absolument inexistante. Donc », a-t-elle commenté.

Agathe Auproux partage un extrait de La Haine en ligne
Agathe Auproux partage un extrait de La Haine en ligne

Agathe Auproux partage des passages du livre La haine en ligne

Très proche de sa communauté, Agathe Auproux a donc décidé de partager sa lecture du moment. La jeune femme est en train de lire un livre. L’auteur est David Doucet.

Son titre, La Haine en ligne. Ce dernier évoque donc la montée de la haine que connaissent les utilisateurs de réseaux sociaux en France. Mais aussi dans le monde.

L’auteur a mené une enquête. Depuis plusieurs années. « Dénonciations, humiliations, appels au licenciement, à la vengeance… la condamnation est irrévocable », écrit donc l’auteur. Dans la préface de son livre.

David Doucet évoque Mennel Ibtissem, Philippe Caubère. Julie Graziani. Ou encore Mehdi Meklat, des victimes qui osent donc raconter les terribles conséquences de ces lynchages. En ligne.

Hier, Agathe Auproux a donc partagé un extrait sur lequel on peut lire la cancel culture sur Twitter, donc. Au moment des élections de Donald Trump. Pour rappel, la chroniqueuse avait donc supprimé son compte Twitter après avoir reçu plusieurs messages de haine sur les réseaux.