fbpx
Buzz
Partager sur

Agathe Auproux donne la parole aux étudiants souffrant de la Covid-19 !

Agathe Auproux donne la parole aux étudiants souffrant de la Covid-19 !

Agathe Auproux au secours des étudiants ! Alors que le mal-être semble de plus en plus profond, elle leur donne la parole sur ses réseaux.

Deux tentatives de suicide en à peine deux semaines : les étudiants semblent donc dans une terrible passe. Pour tenter de les aider, mais aussi de les comprendre, Agathe Auproux leur donne la parole.

Car un mouvement devient de plus en plus visible sur les réseaux : « étudiants fantômes ». En cause, les longues heures de cours avant le couvre-feu, le tout dans de petits logements.

Pour essayer de mettre des mots sur les maux, Agathe Auproux met donc quatre interviews en place. En direct sur son compte Insta, elle donne donc la parole à des jeunes, coincés entre le covid et leurs études.

« Quatre étudiants racontent leur quotidien bouleversé par cette crise« , explique-t-elle ainsi dans la légende. Elle compte aussi aborder plusieurs sujets : « perte de leur job, cours à distance, isolement, décrochage… »

La journaliste de BTP ajoute aussi son opinion. « C’est bizarre de voir des magasins blindés, des collégiens et des lycéens en cours,  mais pas les facs… » Mais les quatre jeunes aident Agathe Auproux à y voir plus clair.

Agathe Auproux donne la parole aux étudiants souffrant de la Covid-19 !
Agathe Auproux donne la parole aux étudiants souffrant de la Covid-19 !

Agathe Auproux au chevet des étudiants

« C’est difficile de faire des demi-groupes ou d’envoyer tout le monde en Amphi, répond ainsi Céline, sa première interlocutrice. Il y a trop d’étudiants par classe… Mais on a l’impression de rester sous l’eau« .

« Il y a ceux qui ont perdu leur job, explique alors l’étudiante face à Agathe Auproux. Quand tu n’a pas papa-maman derrière toi, tu te retrouves submergé entre les cours et le loyer… » 

D’après l’observatoire de la vie étudiante, quasi une personne en fac sur trois (31%) présentait des signes de détresse psychologique à la fin du premier lockdown. Alors avec un mélange cours – couvre-feu…

Céline termine par une demande d’« aide aux étudiants ». Agathe Auproux prend le relai. Et incite surtout les étudiants dans le dur à se tourner vers les assos « qui se mobilisent en ce moment même pour aider et soutenir les étudiants les plus précaires. »