fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: Kelly Vedovelli harcelée par un photographe, elle raconte son calvaire !

TPMP: Kelly Vedovelli harcelée par un photographe, elle raconte son calvaire !

Hier soir sur le plateau de TPMP, Kelly Vedovelli raconte le calvaire qu'elle a vécu lorsqu'elle a été harcelée par un photographe !

Hier soir dans TPMP, Kelly Vedovelli a fait des confidences assez étonnante. La jeune femme raconte le calvaire qu’elle a vécu avec un photographe. Elle a raconté sur calvaire sur le plateau.

TPMP est revenu hier soir sur un sujet assez lourd. Dans l’émission, Cyril Hanouna et sa bande de chroniqueurs sont revenus sur le mouvement Balance ton porc. Alors que ce dernier a pris beaucoup d’ampleur cette année. La femme grâce qui le mouvement a commencé a été condamnée.

En effet, Sandra Muller a été condamné hier a 15 000 euros d’amende pour diffamation. On l’accuse alors d’avoir mis en pâture le nom de son agresseur. Pour des faits qui ne sont pas complètement vrai. Elle avait alors twitter concernant le harcèlement au travail. Or, les propos ont été sorti de leur contexte.

Le problème également que la justice a retenu. C’est que pendant les 5 ans qui ont séparé les faits et les tweets. La relation amicale entre les deux protagonistes est resté parfaitement cordiale. La jeune femme n’a jamais reparlé de l’histoire, ni n’a montré de signe d’affectation.

TPMP, Kelly Vedovelli témoigne sur son harcèlement

Hier soir dans TPMP, Cyril Hanouna est revenu sur cette histoire. Les chroniqueurs autour de la table se sont alors confié sur leurs expériences.

Kelly Vedovelli prend alors la parole. « Plus jeune, j’étais l’assistante d’un photographe, la personne avait connecté mon icloud sur son ordinateur. Tous les soirs il lisait tous mes messages que j’envoyais à mes copines, et à longueur de journée, il me montrait des photos de ses ex ‘regarde tu lui ressemble’ ça a duré 6 mois »

Avant d’ajouter.  « Il était lourd au point que tous les jours ils me montraient des photos de femmes avec des gros nichons, il disait ‘tu es comme elles’. Le soir, il lisait mes messages, en plus, je disais des horreurs sur lui à mes copines et le lendemain, pour qu’il puisse me dire bonjour comme si de rien n’était, c’est qu’il y avait un problème » a-t-elle reconnu. « Le soir il me retenait, normalement je terminais à 19h il me disait ‘non mais il y a encore quelque chose à faire, ça durait jusqu’à 23h quoi ! »