fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: Gradur s’indigne contre l’esclavage en Libye !

TPMP: Gradur s’indigne contre l’esclavage en Libye !
Partager
Partager sur Facebook

Alors que le rappeur Gradur prépare un nouveau projet, il profite de sa notoriété pour parler de la barbarie qui a lieu actuellement en Libye !

Mercredi 22 novembre dernier, le rappeur Gradur était invité sur le plateau de TPMP (Touche pas à mon poste). Il est venu parler du rassemblement qui a eu lieu le 18 novembre contre l’esclavagisme des migrants. MCE TV vous donne tous les détails !

Gradur invité sur le plateau de TPMP (Touche pas à mon poste) !

Le rappeur était donc convié par Cyril Hanouna, ce mercredi 22 novembre, sur le plateau de TPMP (Touche pas à mon poste). Mais, Gradur n’était pas autour de la table de la célèbre émission e C8 pour faire la promotion d’un album ou d’un concert. Non, il est venu pour parler de la situation de la Libye.

En effet, depuis quelques jours, l’ONU a dénoncé une situation inhumaine en Libye. Des journalistes de CNN ont filmé une vente de migrants aux enchères. Ces hommes sont vendus par des passeurs pour des sommes allant de de 500 à 700 dinars libyens (jusqu’à 435 euros). Ces « marchés aux esclaves » se dérouleraient une ou deux fois par mois. De nombreuses personnalités se mobilisent contre ce retour à l’esclavagisme.

Gradur parle de la manifestation contre les migrants réduits en esclavage !

C’est donc le cas de Gradur. Il profite de son passage sur l’émission pour mettre en avant une manifestation qui a eu lieu le 18 novembre à Paris. Cette dernière a été lancée par l’animateur radio Claudy Siar.

De nombreux rappeurs comme Alonzo, Niska, Black M, Siboy, La Fouine, Rohff, Soprano ou encore Booba s’étaient aussi mobilisés. Claudy Siar sera lui aussi sur le plateau de TPMP (Touche pas à mon poste) la semaine prochaine.

En étant présent sur le plateau, Gradur prouve que, malgré le succès, le rappeur se mobilise toujours pour de vraies causes. Il profite alors de sa notoriété, combinée avec une émission très populaire, pour parler d’un sujet très sérieux. Gradidur n’a pas hésité à employer des termes fort comme “crime contre l’humanité” devant un public et des chroniqueurs à l’écoute.