fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: Gilles Verdez pousse un coup de gueule contre Frédéric Lopez !

TPMP: Gilles Verdez pousse un coup de gueule contre Frédéric Lopez !

Le chroniqueur de « TPMP » a poussé un coup de gueule contre, Frédéric Lopez, l'animateur de « Folie passagère »

La nouvelle émission de Frédéric Lopez intitulée Folie Passagère a enfin été diffusée. Hier soir, France 2 lançait le coup d’envoi d’une toute nouvelle émission portée par le présentateur phare de la chaine. Folie passagère a attiré pas moins de 1,33 million de téléspectateurs, soit 12,2% du public selon Médiamétrie. Tandis que l’émission a cartonné, le programme a quand même été critiqué notamment sur le réseaux sociaux. Mais ce n’est pas tout. L’émission a aussi été clashée par Gilles Verdez dans TPMP.

Frédéric Lopez, satisfait de sa nouvelle émission

Un score remarquable, au dessus des espérances de l’animateur. Toutefois, le programme a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux. Après les remarques virulentes de Cyril Hanouna sur Twitter, Gilles Verdez a poussé un coup de gueule contre Frédéric Lopez. « J’espère qu’on fera 10%, après il faut se laisser un peu de temps. » Pari donc réussi pour le présentateur qui a beaucoup misé pour cette nouvelle émission.

Gilles Verdez pousse un coup de gueule contre Frédéric Lopez dans TPMP

Mais cette émission n’a visiblement pas été du goût de tous. Tout d’abord critiqué sur la Toile, Frédéric Lopez a été ensuite la cible de nombreuses attaques de Gilles Verdez, chroniqueur de TPMP. Selon lui, Frédéric Lopez « a pris la grosse tête ».« Il est devenu mégalo le gars » a-t-il poursuivi. « Pendant trois ans, avec notre redevance, il s’est fait son petit plaisir, son petit délire », a-t-il déploré sur le plateau de Cyril Hanouna qui s’est moqué de Laurent Ournac dans la saison de 6 de Danse avec les stars.

Avant de conclure : « La folie est peut-être passagère mais avec vous, le foutage de gueule est permanent. » Un tacle qui a néanmoins plu à l’animateur de Cyril Hanouna. Le public, lui, ne manque pas de l’encourager, en scandant :« Verdez président ! »