fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: Géraldine Maillet raconte son bizutage « humiliant et tragique » !

TPMP: Géraldine Maillet raconte son bizutage

Alors que les chroniqueurs de TPMP parlaient de bizutage à l'école, Géraldine Maillet raconte son expérience "humiliante et tragique" !

Ce mercredi 25 octobre, sur le plateau de Touche pas à mon poste (TPMP), les chroniqueurs étaient donc invité à parler du bizutage à l’école. Géraldine Maillet n’a pas hésité à raconter sa propre expérience dans une grande école. MCE TV vous donne tous les détails !

Géraldine Maillet raconte une histoire qui bouleverse ses collègues de TPMP !

Mercredi 25 octobre, la chroniqueuse Isabelle Morini Bosc a donc poussé un coup de gueule. Elle s’attaque à l’ignoble bizutage qu’ont subi de nouveaux étudiants de la fac de médecine de Caen. En effet, les étudiants en première année devaient ramper dans des excréments, manger de la pâtée pour chien ou encore avaler un poisson rouge vivant… En direct, la chroniqueuse de Touche pas à mon poste (TPMP) n’a pas hésité à dénoncer ces pratiques d’un autre temps.

Ensuite, Géraldine Maillet a raconté sa propre expérience du bizutage. La chroniqueuse ne garde pas un très bon souvenir de son entrée en prépa HEC. « C’était humiliant, vraiment tragique », a confié la chroniqueuse dans un premier temps. Ensuite, elle précise la situation. « On était dans un sac poubelle. Et ils avaient mis de la chantilly sur les parties génitales des statues de la place du Troca­déro. On devait sucer les pénis des statues. J’avais vécu ça comme un traumatisme, tout le monde se moquait de moi ».

Vitaa, invité sur le plateau, réagit au témoignage de Géraldine Maillet !

La chanteuse Vitaa, invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste (TPMP) par Cyril Hanouna ce mercredi 25 octobre, tenait à intervenir. Elle a alors demandé si le bizutage était un passage obligé. Si la romancière a admis qu’elle n’avait pas eu le choix, elle a reconnu que victimes devraient se rebeller.« C’est comme quand on parle du harcèlement aujourd’hui, l’hu­mi­lia­tion ne doit pas être forcément obligatoire » a-t-elle déclaré.