fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: les détournements sur Jawad, le logeur de Daesh, choquent Gilles Verdez !

TPMP: les détournements sur Jawad, le logeur de Daesh, choquent Gilles Verdez !

Après avoir hésité, Cyril Hanouna et les chroniqueurs de « TPMP » ont évoqué l'incroyable buzz autour de Jawad qui est devenu la risée sur web

Depuis les terribles attentats de Paris qui ont frappé la France le 13 novembre dernier, de nombreux hommages, messages et photos ont fleuri sur la toile. Et si l’ambiance est plutôt triste, certains internautes ont trouvé le moyen de rire. En effet, Jawad, le logeur de Daesh, est devenu en l’espace de très peu de temps, la risée du web. Et pour cause, de nombreux montages ont été réalisés afin de le ridiculiser. Cyril Hanouna et les chroniqueurs de TPMP sont donc revenus sur l’affaire Jawad ce mercredi. Et pour certains, on ne peut vraiment pas rire de tout.

Gilles Verdez choqué par les détournements sur Jawad dans TPMP

Il s’avère que Cyril Hanouna a longuement hésité, avant de se décider à en parler dans TPMP ce mercredi 25 novembre avec cette question en suspens : peut-on rire de tout ? Pour Gilles Verdez, la réponse est clairement non : « On ne peut pas rire de ça. Il y a eu des événements dramatiques, avec beaucoup de morts. » Toutefois, l’avis du chroniqueur est minoritaire au sein de la bande où tout le monde s’est marré face aux détournements visant Jawad.

« Tant que c’est drôle, on peut rire de tout » s’est lancé Thierry Moreau. De son coté, Jean-Luc Lemoine a aussi apprécié « Moi j’me suis vraiment marré en voyant des trucs, y a par exemple une pyjama party chez Jawad organisée sur Facebook » a-t-il confié dans TPMP.

Des parodies très drôles sur Jawad

Si Gilles Verdez a souhaité donner son avis dans TPMP, il n’est pas partagé avec les autres chroniqueurs. En effet, pour l’ensemble des chroniqueurs, l’humour permet de décompresser, comme expliquée par Isabelle Morini-Bosc : « Je pense que c’est une façon de désamorcer. C’est une réponse à Daesh, qui prouve qu’on a encore la capacité à rire ». De son côté, Issa Doumbia a également apprécié : « On s’en prend pas aux familles des victimes. On s’en prend à quelqu’un qui est susceptible d’appartenir à une organisation terroriste ». Enfin Julien Courbet a déclaré : « C’est le ton. Il avait une telle désinvolture que c’est ça dont se sont moqués les gens, sans parler de présomption d’innocence et de tout ça ».

Crédit Photo :