fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: Benjamin Castaldi révèle son plus grand regret « je pourrais pleurer » !

TPMP: Benjamin Castaldi fond en larmes en parlant de ses enfants !

Dans TPMP, Benjamin Castaldi a fait part de l’un de ses plus grands regrets. Regret qui pourrait même le faire pleurer quand il y pense

Il y a quelques jours, une séquence dans laquelle Cristiano Ronaldo apparaissait en pleurs émouvait la planète. En effet, le joueur de la Juventus évoquait son père, décédé en 2005, qui n’a pas pu assister à son succès. Séquence décortiquée dans TPMP durant la semaine. Parmi les chroniqueurs, certains comprennent l’émotion du footballeur. Comme Benjamin Castaldi par exemple.

Le chroniqueur de TPMP, de nature plutôt forte, a reconnu que cette séquence l’avait touché. Eh c’est sans doute parce que Benjamin Castaldi est dans le même cas que Ronaldo. En effet, il explique qu’il aurait aimé que ses grands-parents soient encore présents pour voir son succès à la télévision. Il évoqué, avec grande émotion:

 « Moi, je comprends. J’ai beaucoup de mal à parler de mes grands-parents parce qu’ils n’ont pas connu mon succès. Je comprends très bien qu’il soit ému. Je ne vois pas ce qu’il y a d’obscène là-dedans. Ce garçon a réussi. Et moi dans ma famille, il y a plein de manques. J’aurais adoré pouvoir dire à mon grand-père et ma grand-mère que j’ai réussi. Même quand j’ai eu mon Bac, ma grand-mère était morte et ça m’a peiné. J’aurais voulu prendre mon téléphone… »

TPMP: Eric Naulleau, pas d’accord avec Benjamin Castaldi

Eh si Benjamin Castaldi a voulu donner raison à Cristiano Ronaldo, c’est sans doute parce que les déclarations d’Eric Naulleau ne lui ont pas plu. En effet, le chroniqueur de TPMP faisait savoir qu’il ne comprenait pas « les larmes à la télé ». Pour lui, cette séquence serait surjouée.

Les larmes durant une interview seraient devenues un passage obligé depuis quelques temps. C’est en tout cas ce que pense le chroniqueur de TPMP:

 « Vous savez donc ce que je pense des larmes à la télé. Ça devient systématique comme le faux trou de mémoire pendant les pièces de théâtre ou le fou rire aussi. Maintenant c’est devenu un truc obligé : il faut que tout le monde pleure au moins une fois à la télé en évoquant des trucs intimes. Donc, moi, ça me met mal à l’aise ».