fbpx
Buzz
Partager sur

TPMP: l’arrivée d’Ayem Nour critiquée, elle réplique !

TPMP: l'arrivée d'Ayem Nour critiquée, elle réplique !

La belle Ayem a tenu à se défendre au sujet des nombreuses critiques concernant son arrivée dans Touche pas à mon poste (TPMP) !

C’est une nouvelle qui n’a pas manqué de faire sensation sur les réseaux sociaux. A la plus grande surprise de tous, Ayem a rejoint l’équipe de Touche pas à mon poste (TPMP).

En effet, pour la nouvelle année Cyril Hanouna a décidé de faire fort. Alors qu’elle avait disparu des écrans, il a décidé de faire appel à Ayem pour animer TPMP en tant que chroniqueuse. L’homme a confié ce mardi 7 janvier dans son émission : « Je vais vous dire pourquoi j’ai choisi Ayem. Je pense que c’est un profil qui n’existait pas autour de la table. Et, moi, la principale qualité que je demande à un chroniqueur, c’est d’être gentil ».

Cyril Hanouna a aussi confié : « Et d’être sympathique. Puis surtout d’avoir un très bon fond. Ici, on peut dire ce qu’on veut, mais il n’y a que des gentils autour de la table. Je ne veux que des gens qui soient là pour s’amuser. C’est pour ça que j’ai choisi Ayem parce que c’est quelqu’un qui a beaucoup de talent. Et c’est quelqu’un qui a un très bon fond. Et qui est une belle personne. Je me suis dit qu’avec ça, elle pouvait bien s’intégrer dans l’équipe. Et c’est un nouveau profil ».

Ayem prend la parole au sujet des à priori des internautes

Et comme cette dernière pouvait s’y attendre, de nombreuses critiques ont vu le jour sur les réseaux sociaux. Ayem a alors révélé : « J’ai lu des choses sur Twitter qui sont à l’opposé de choses que j’ai pu lire sur Instagram. Sur Instagram, j’ai lu pleins de beaux messages. Pour ceux qui m’ont envoyé de mauvais messages, je ne peux pas faire l’unanimité. Et je ne prétends pas faire l’unanimité ».

La candidate de télé réalité a aussi ajouté : « Je comprends qu’on puisse avoir des a priori sur moi, je n’ai aucun souci là-dessus, c’est normal. Après, je trouve très dur cette déferlante de haine qu’il peut y avoir sur les réseaux sociaux sans même avoir laissé la chance à la personne de pouvoir faire ses preuves. Laissez-moi faire mes preuves et après on jugera ».