Buzz
Partager sur

The Voice: Un candidat reprend « Formidable » et émeut les coachs !

Partager
Partager sur Facebook

L'émission The Voice bat son plein depuis plusieurs semaines maintenant. Et un candidat a repris "Formidable" du chanteur Stromae !

The Voice 8 continue de battre son plein sur TF1 tous les samedi soir. Et samedi 16 mars, un candidat a repris la célèbre chanson de Stromae, « Formidable ». Et David Té a séduit les coachs par son interprétation. MCE vous en dit plus.

David Té séduit les coachs

En effet son histoire a beaucoup touché le public et le jury. Placé en foyer d’accueil à l’âge de 10 ans, il a donc trouvé dans la musique un moyen de s’évader. Il chante tout le temps et son meilleur ami l’emmène alors à la Gare Saint-Lazare pour y chanter. Et là le déclic se fait directement. Depuis 4 ans, David Té chante dans la gare assez régulièrement. Le jeune homme de 21 ans a donc choisi de s’inscrire à The Voice. Il a donc présenter la chanson « Formidable » du chanteur belge Stromae. Soprano et Jenifer ont adoré d’ailleurs ! “T’es un bon interprète. On ne pouvait pas ne pas se retourner,” commente Soprano. “C’était plein de sensibilité, de générosité et de vécu,”, explique quant à elle Jenifer. Et David Té a décidé de rejoindre son équipe.

Alex Adams parle de Julien Clerc

Alex Adams a eu légèrement peur. Ses démons ont failli resurgir lorsqu’aucun fauteuil ne s’est retourné durant son passage dans The Voice 8. Seul Julien Clerc s’est retourné pour lui. Cela l’a-t-il déçu? Voici sa réponse: «,Pas du tout. Je voulais le toucher avec la chanson que je chantais et j’ai réussi. J’étais un homme heureux. » Le jeune homme a ensuite expliqué ce qu’il pensait de son coach du programme: « Il est adorable. Il était comme le mélange d’un papy et d’une nounou. Adorable et attentionné. »
Dans la suite de l’entretien, le jeune homme a donné les raisons de son choix de chanson: « Dans la chanson, William Sheller parle de l’amour mais finalement on peut parler de l’homme heureux dans l’autre sens. Dans la vie de tous les jours, je suis un bout-en-train mais c’est un masque. C’est pas que je suis malheureux mais il peut me manquer un truc, comme tout le monde. Et sur scène, il n’y a pas de masque, je suis à nu. Au final, c’est la scène qui me rend heureux. »