fbpx
Buzz
Partager sur

Quotidien: Facebook veut faire arrêter l’émission et s’adresse à TF1 !

Quotidien: Facebook veut faire arrêter l'émission et s'adresse à TF1 !
Partager
Partager sur Facebook

Facebook ne semble pas vraiment apprécié que l'émission Quotidien parle souvent du réseau social sur le plateau. Et Facebook l'a fait savoir !

Facebook n’aime pas du tout la manière dont Quotidien parle du réseau social. A de nombreuses reprises l’émission diffuse des reportages sur la direction du réseaux oscilla. Yann Barthès l’a révélé en direct. MCE vous en dit plus.

Facebook remonté

En effet lors de l’attentat qui a coûté la vie à 50 personnes dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, un homme a filmé la scène. La vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux pendant 17 minutes. Elle a ensuite fuité sur Twitter et Youtube. Quotidien a alors décidé de parler de cet événement. Yann Barthès a donc évoqué le long temps d’intervention de Facebook pour la vidéo. Il a d’ailleurs enchaîné sur le fait qu’à plusieurs reprises que des photos de personnes dénudées ont été retirées en un temps record. Et l’animateur a invité les représentants de Facebook à venir sur le plateau pour débattre. Mais cela n’a pas plus aux représentants de Facebook.

Yann Barthès en dit plus

En effet Yann Barthès a révélé que les dirigeants n’ont pas vraiment accueillis ses propos avec beaucoup d’entrain. « Alors non ! Je ferme ma bouche à clé. Je ne prononcerai plus le mot ‘Face…’. Non, je me tais. D’ailleurs, je ne l’ai pas dit. Je ne dis plus rien ! Plus rien ! N’insistez pas. On ne demandera plus à Facebook France de venir ici pour expliquer aux 25 millions d’utilisateurs en France pourquoi ils ont permis la diffusion d’image où 50 personnes se font massacrer par un terroriste. », a expliqué Yann Barthès.

Il a ensuite ajouté: « Autant dans cette société, tout le monde est heureux. Tout le monde est trop content d’aller travailler parce qu’il y a du faux gazon dans les bureaux. Tout le monde est libre. Tout le monde s’aime. Tout le monde sourit. Tout le monde prend la vie du bon côté. Mais quand on les bouscule, ils ne prennent pas la vie du bon côté. Ils n’ont pas trop aimé ce qu’on a fait cette semaine. », a conclut Yann Barthès.