fbpx
Buzz
Partager sur

ONPC: Yann Moix très ému par les attentats de Paris « nous avons le droit d’avoir peur » !

ONPC: Yann Moix très ému par les attentats de Paris « nous avons le droit d’avoir peur » !
Partager
Partager sur Facebook

Suite aux évènements tragiques survenus le 13 novembre à Paris, Yann Moix, le chroniqueur d’ONPC, s’est montré très ému

Ce samedi soir, Laurent Ruquier a organisé une émission spéciale suite aux attentats survenus à Paris ce vendredi 13 novembre qui ont couté la vie à une centaine de personnes. En remplacement d’ONPC, l’animateur a donc proposé On est solidaires. Pour l’occasion, de nombreux artistes, homme politiques et acteurs étaient présents sur le plateau.

Tous souhaitaient exprimer leur émotion face à l’horreur. La journaliste Léa Salamé a pris la parole pour prévenir de « ne pas céder à cette colère, de ne pas céder à l’instinct primaire d’aller vers la haine de l’autre, le rejet de l’autre, même si c’est difficile. »

Yann Moix, ému sur le plateau d’On est solidaires

De son coté, Yann Moix s’est montré très ému sur le plateau d’On est solidaire quand il a pris la parole « La première chose que je voudrais dire, c’est que nous avons le droit d’avoir peur. Quand j’entends que « Si on a peur, ils ont gagné », j’ai envie de dire qu’eux, n’ont pas peur. Les bourreaux n’ont pas peur car ils aiment la mort. Nous, nous avons peur car nous aimons la vie. Et nous avons le droit d’avoir peur. La peur n’est pas une défaite, c’est ce qu’il y a de plus sain pour trouver une solution. » a-t-il déclaré.

Un discours poignant que le chroniqueur a complété par des citations d’écrivains « Je suis écrivain et ces gens veulent assassiner la France, veulent assassiner la culture. Je vais donc laisser la parole à deux écrivains » a-t-il confié avec émotion.

Yann Moix cite Guillaume Apolinaire

Le chroniqueur du programme ONPC a aussi cité des vers de Guillaume Apollinaire. « Nuit violente ô nuit dont l’épouvantable cri profond devenait plus intense de minute en minute. Nuit qui criait comme une femme qui accouche. » Un poème qui décrit les heures de détresse que vivent Paris et la France. Depuis ces évènements tragiques, les parisiens sont dans l’angoisse. De son coté, le CSA a demandé aux médias la plus grande discrétion afin de permettre le bon déroulement de l’enquête policière.

Crédit Photo : lefigaro.fr