fbpx
Buzz
Partager sur

ONPC: Sandrine Rous­seau raconte la suite du clash avec Chris­tine Angot !

ONPC: Sandrine Rous­seau raconte la suite du clash avec Chris­tine Angot dans les loges !

Alors que ONPC est victime d'un nouveau badbuzz suite au clash entre Sandrine Rous­seau et Chris­tine Angot, la première raconte la suite de l'histoire !

Samedi 30 septembre dans On n’est pas couché (ONPC), Christine Angot s’en prenait alors violem­ment à Sandrine Rous­seau. La chroniqueuse a même quitté le plateau. L’élue écolo­giste a raconté la suite de l’his­toire. MCE TV vous donne tous les détails !

Vive tension entre Sandrine Rous­seau et Chris­tine Angot !

Vous ne pouviez pas passer à côté ! Samedi soir un véritable clash a eu lieu sur la plateau de ONPC. Invitée par Laurent Ruquier pour faire la promotion de son nouveau livre, « Parler », Sandrine Rousseau s’est fait lyncher par la nouvelle chroniqueuse de On n’est pas couché.

L’élue écologiste était déjà très émue de ce rendre sur le plateau de France 2. Elle avait en effet l’intention de parler au grand jour des violences sexuelles dont elle a été victime. Et qui sont au coeur de son livre. Mais Sandrine Rousseau ne pensait pas s’attirer les foudres de Christine Angot, elle aussi victime de violences sexuelles lorsqu’elle était plus jeune. Les deux femmes étaient en total désaccord et la chroniqueuse était particulièrement dure avec son invitée. Angot a d’ailleurs quitté le plateau tant la pression était forte.

Sandrine Rous­seau revient sur son clash avec Chris­tine Angot !

Invitée sur le plateau de Quotidien, l’élue écologiste est donc revenue sur cette histoire. « Quand je vois ça, je me dis que fina­le­ment Chris­tine Angot et moi on ne dit pas des choses qui sont très diffé­rentes. Elle dit que les femmes se débrouillent toutes seules. Je dis que les femme se débrouillent trop toutes seules » déclare t-elle.

Une fois les caméras éteintes, la chroniqueuse a tenté d’apaiser les tensions. « [Elle] est venue me voir dans ma loge, on s’est parlées. On s’est même embras­sées, on s’est fait une bise » a-t-elle affirmé. « On s’est dit que c’était très diffi­cile de parler de ça. Et qu’il fallait qu’on trouve un moyen d’en parler suffi­sam­ment apaisé pour que tout le monde puisse s’en­tendre » déclare Sandrine Rousseau.